Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1450 : Gwenc’hlan prédit l’avenir de la Bretagne

C’est un véritable bijou qu’à découvert Louis Le Pelletier, moine bénédictin, qui composa un dictionnaire du breton au XVIIIème siècle. Le texte, sous forme de dialogue, entre le roi et son barde, prédit l’avenir de la Bretagne : D’ar Roue Arzhur e lavari,pebezh sinoù e Breizh a gouezho glan, ken fin ar bed-mañ (Tu diras au roi Arthur, quels signes apparaitront en Bretagne avant la fin de ce monde).

Le dérèglement climatique  apparaît comme le premier signe :  An hañv hag ar goañv kemmesket, ha ne anavezi eur ebet, nemet diouzh ar gwez deliet pe diouzh ar goulioù statudet (L’été et l’hiver confondu, tu ne reconnaitras plus les marques du temps que par les feuilles dans les arbres et les dates des fêtes officielles).

La contestation de la religion est le second signe : C’hwi a welo kent ar gourfenn, Heretiked a droug-empenn, Na sellont pep giz dispenn, feiz Doue a zo roue ha penn(Vous verrez, avant la fin, des hérétiques au cerveau mauvais qui ne pensent qu’à détruire la foi de Dieu, notre roi et notre chef).

Le troisième signe de la fin du monde, ce sont les invasions venues de l’est : Kalz Saozon ha diavaezidi a deuyo hep si eus an Oriant dre ar vro gant gourdrous ha kri a lakai Breizh e mil soursi, o vrezelekaat peur devri (Beaucoup d’anglais et d’étrangers viendront de l’Orient, avec provocations et hurlements, ils mettront la Bretagne en mille soucis en guerroyant sans merci).

Le quatrième signe annonce les révoltes du papier timbré plus connu sous le nom de Révolte des bonnets rouges : Un dug a zeuy da Vreizh eus Frañs a lako ar vro hep chevañs, tailhoù a lako kalz  meurbet, unan a deuy ne baeor ket, en diwezh e vezo kri ha c’hoari kreñv. (Un duc français viendra en Bretagne, il appauvrira le pays en levant beaucoup d’impôts. On ne payera pas l’une des taxes, ce qui génèrera des protestations et des soulèvements).

Ce texte étonnant peut même coller à l’appel du 18 juin :gourc’hemennet don d’ar Vretoned, da stourm ouzh o aerouanted monet Dre gourc’hemen ur c’habiten gant armoù fall ha paltogoù, hag ar gwragez a sikouro… (Un capitaine ordonnera aux Bretons de lutter contre leurs envahisseurs, avec de mauvaises armes et de piètres équipements et les femmes prendront part à la résistance).

Gwenc’hlan vaut bien Nostradamus ! Texte et traduction à découvrir aux édition TIR de l’Université de Rennes 2.

Pennad orin / Texte original

Te a guelo quent e donet
An haff han goaff quemesquet,
Ha ne aznavezy heur en beth,
Nemet dyouz an guez delyet,
Pe diouz an goeliou statudet.
Neuze ez duy trubuyll meurbet,
Bleau oar penn iouuanc loedet
Gant an berr hoary arrivet,
An beth a bezo quen tanau...
Neb a bevo a guelo gnaou.
Huy a guelo, mar bevet
Quent an guez da donet
An tut a Ilis diguyset
An douar fallaff a roy guellaff,
Han guisty guellaff dimezet;
Hac un hoeresi a puplio
Dre Cristenez, huy a guelo
Hac a tenno da muyha glachar,
Quent ez finuezo an douar.

Embannadur TIR P.58 gwerzennoù 36-54

Troidigezh / Traduction

Tu verras avant qu'il ne vienne
L'été et l'hiver confondus,
Et tu ne reconnaitras aucun heure,
Si ce n'est grâce aux arbres feuillus
Ou d'après les fêtes officielles.
Alors viendront de grands troubles,
Les cheveux des jeunes gens deviendront gris
Car le jeu court sera la règle,
Le monse sera si clairsemé ;
Quiconque vivra le verra avec évidence,
Vous verrez si vous vivez,
Avant que le temps n'advienne,
Les gens d'églises déguisés,
La plus mauvaise terre donnera le meilleur
Et les prostituées seront les mieux mariées ; 
Et une hérésie deviendra publique
Par Chrétienté, vous verrez
Qu'elle ménera à la plus grande désolation
Avant que le monde terrestre ne finisse.

Édition TIR, P. 59, vers 36-54, traduction Hervé Le Bihan

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

EDITION RECENTE

An dialog etre arzur Roe d'an Bretounet ha Gwynglaff, édition TIR, 2013, édité, traduit et commenté par Hervé le Bihan, Professeur à l'Université de Rennes 2

ETUDES ANCIENNES

Largillière, Ernault (Emile), Le dialogue entre Arthur et Guinclaff, Annales de Bretagne, Tome 38, 1928-29 pp 627-674
Abeozen, Skridoù brezoneg krenn, in Sterenn, N°9, gwengolo 1941.
Le Menn (Gwenole), Du nouveau sur les prophéties de Gwenc'hlan : du texte moyen breton aux traditions populaires modernes, Société d'émulation des Côtes du Nord, tome 111, 1982, pp 45-71
Le Bihan (Herve), An dialog etre Arzur Roe d'an Bretounet ha Guinclaff, Hor Yezh, N°212, 1997 pp31-70
Minard (Antone), The dialogue between King Arthur and Gwenc'hlan, A journal of medieval and renaissance studies, UC Los-Angeles,1999.