Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

An diskar-amzer : L’automne, source d’inspiration pour les poètes bretons

Plusieurs mots bretons désigne l’automne. Le plus employé est diskar-amzer, littéralement le déclin du temps. Il fait écho au nevez-amzer (nouveau temps) qui désigne le printemps. Ce n’est pas le seul mot que nos ancêtres ont inventé. Certaines expressions se réfèrent plus précisément à l’été : diskar an hañv (le déclin de l’été), dilost-hañv, (la fin de l’été) ou encore dibenn-eost (la fin du mois des récoltes). Dans le dictionnaire de Le Gonidec on relève ce joli nom de skub-delioù (balayage des feuilles) qui nous renvoie au monde poétique.

En 1900, Merc’h Santez Anna (La fille de Sainte Anne), joli nom de plume d’Anne-Marie Ropars, signe un très beau poème sur ce thème dans « la colonne bretonne » de l’Ouest-éclair, ancêtre de cette chronique :
An heol a vihana muzul e sklerijenn,
Ar gwez bras a zo trist da weled er c’hoajoù,
Kollet o gwiskamant, hir ha treut o brankoù,
Bepred glav hag avel, koumoul du pe vorenn
Hag en henchigoù don ne gaver nemet bouilhenn
. (Le soleil diminue l’ardeur de ses rayons, les grands arbres aux longues branches décharnées sont tristes à voir sans leurs habits. Il n’y a plus que pluies et vents, nuages et brouillards et les chemins creux ne sont plus que fange)
En 1903, Emile Ernault lui donne la réplique sous le pseudonyme « Barz ar Gouet » (Le barde du Gouet) :
Gant c’hwezh an diskar-amzer kri
‘ Ha an delioù, hini ha hini ;
Distag diouzh o skourr, e varvont ;
War an douar, du-mañ du-hont.

( Par le souffle impitoyable de l’automne, les feuilles une à une se détachent de leurs branches, meurent et jonchent la terre de-ci de-là).
Cette vision pessimiste de l’automne est tempérée par Lucien Bleunven dans Feiz ha Breiz : Kenavo d’al labourioù start, Na pebezh gras gellout mont adarre war ar pouezig, war an dresig eus an eil labour d’eben hep en em skuizhañ nag en em vreoziñ ( Adieu les durs travaux de l’été, que c’est bon de pouvoir souffler un peu et passer d’un travail à l’autre sans fatigue, sans pression). C’était en 1934 ! On en rêverait aujourd’hui.
Nous concluerons par un haiku, cette forme poétique japonaise prisée par les jeunes brittophones :
Bleunienn en Nevez-Amzer,
Frouezhenn en Diskar-Amzer,
Ha sistr er goañv.

(Fleurs de printemps, fruits d’automne et cidre d’hiver) pour nous rappeler que chaque saison a ses charmes surtout quand on en profite en Bretagne.

Pennad orin / Texte original

L'automneAn diskar-amzer
gant Anna-Vari Roparzh (1839-1913)

O devezhioù teñval eus an diskar-amzer
C'hwi a ra hirvoudiñ war-zu 'n nevez-amzer
Na weler en neblec'h bokedoù na glazenn
An heol a vihana muzul e sklerijenn.

Ar gwez bras a zo trist da welet er c'hoajoù
Kollet o gwiskamant, hir ha treut o brankoù
Bepred glav hag avel, koumoul du pe vorenn,
Hag en henchigoù don ne gaver nemet bouilhenn.

Spered an den 'zo trist samblez gant an amzer,
Rak skeudenn e vuhez e wel en traoù-se sklaer.
An heol 'ziskouez 'vechoù un tamm e lagad drant
'Vit lakaat esperañs er galon sempl ha gwant.

Warlec'h an deizioù trist e vo deizioù skornet
Ha mantell wenn an erc'h dre-holl 'vo astennet,
Melezour ar marv e weler a-bep-tu
Ar sioulder ar repoz, a c'houlen mizioù du.

O nag e vo joaius an den kaezh pa welo
Ur boked gwenn bennak o tiwan er parkoù
Soñjal a ray 'n e galon e resusito c'hoazh
Ar bleuñv, an trevajoù, al lann, ar beler glas

Ni ivez, tudoù kaezh, e meump hon mizioù du
An tan en hon c'halon ve' mouget gant ludu
Mes dont a ray deizioù all, gant ur fulenn hebken
Demeus an tan mouget e savo sklerijenn.

Esperomp Bretoned. N'eo ket marv an dud
A dle gant o c'halon, o skridoù hag o brud
Adsevel hon bro vat, digas nevez amzer  :
Tud yaouank 'zo 'sevel : warne 'mañ hon esper

Merc'h Santez Anna
Ouest Éclair 10 décembre 1900

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
KOUEADEG AN DELIOÙ

Gant Emile Ernault

Gant c'hwezh an diskar-amzer kri'
'Ha an delioù, hini ha hini ;
Distag diouzh o skourr, e varvont ;
War an douar, du-mañ du-hont,

'Maint ledet en ur gwiskad bras
Hag ar c'hoajoù 'zo sec'h ha noazh,
O tiverr ar bod gwaskedus
Ma kane mouezh an eostig-kuzh...

Gwerziou, soniou ha marvailhou brezonek ha gallek
Prud'homme, Saint-Brieuc, 1903, p.205
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Kanaouennoù ha rimadelloù evit ar vugale
http://tridienn.canalblog.com/archives/2009/12/02/16009283.html

Diskar-Amzer
gant Liliane (2009)

Ar mor gris davat o lipat ar garreg zu
Ar bagoù skuizh en em damolodiñ
Ha war ar maezioù bolc'hoù kesten tarzhet
Pa zigouezh an diskar-amzer ruz ha du.

An delioù
Delioù brav, delioù sec'h,
Delioù an diskar amzer.
O kouezhañ tro ha tro,
Evit mont da fouetañ bro.
https://klasannelaure.wordpress.com/2018/11/30/deliou-an-diskar-amzer/
Mona Jaouen : Kanit bugaligoù : https://www.deezer.com/fr/track/5516707

ARZHIG DU A BLIJ AN DISKAR AMZER DEZHAÑ
https://bannouheol.com/br/arzhig-du/arzhig-du-a-blij-an-diskar-amzer-dezhan

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Diskar-amzer (sonadenn)
Gant Toussaint Le Garrec (1862-1939)

Breizh a garan gwelet, mamm-gozh atav ’n he za,
Pa bar warni sklêrder an heolioù diwezhañ,
Pa deu mouezh vras an traoù da sioulaat dre ar bed,
Ha pa varv en oabl yen c’hwezh-vat ar bleunioù bet.

Neuze, koant ha seder eviti da gozhañ,
Hi ’lez he mantell vrizh d’an douar da ruzañ,
Ha bep kammed ma ra mil delienn alaouret
A beg ouzh ar vantell ’vel bagadoù stered.

Kement ha ken bihan ma teu, dre forzh bale,
He gwiskamant da dreiñ en ur sae aour melen,
Ken e chom sebezet ha mut he bugale :

Deus a welet o mamm ken kaer hag an aelez,
E stouont dirazi ’vel d’ober o fedenn
Hag a-greiz o c’halon e strink mouezh an delenn.

in Mouezhioù an abardaez-noz, Montroulez, 1935
war lec'hiad Daskor : http://www.daskor.bzh/toussaint-le-garrec-kentskrid?language=br

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

An Delienn
gant Anjela Duval (1905-1981)

A bep tu d’al Leger du
Eflennoù hirvoan a-regennad
O sevel uhel en oabl o gwernioù sonn.
Du-mañ du-hont ur wezenn-onn :
Tul gwer o krenañ en aezhenn.
Gorre lor an dour : melezour splann
O tameuc’h an daolenn :
Deñved gwenn iskis en oabl glas
Ha bolz-enor ar gwez bras.
Islonk hag ec’honder troad-ouzh-troad.

Un delienn rous o tiskenn eus an ec’honder.
Un delienn rous o sevel eus an islonk.
Gant an hevelep tizh : gorrek hag a-skij
An hevelep ment o-div, an hevelep liv
A-skij unan goustad o tiskenn
A-skij unan goustad o sevel
War gorre lor an dour e pok an eil d’eben
N’eus mui ’met un delienn
A dalc’h da vont, plaen,
da heul he flanedenn.

Diskar-amzer 1963

Troidigezh / Traduction

L'automne
par Anne-Marie Ropars (1839-1913)

O journées sombres d'automne
Vous me faites me lamenter en pensant au printemps
On ne voit plus ni fleurs ni verdure
Le soleil mesure sa lumière à-minima


Les grands arbres sont tristes à voir dans les bois
Sans leurs habits, leurs branches sont longues et décharnées
Tous les jours pluies et vents, nuages noirs et brouillards
Et dans les chemins creux on ne trouve plus que boues.


Le moral des gens est aussi triste que le temps
Car ils y voient clairement le présage de leur propre vie
Le soleil montre parfois son oeil joyeux
Pour donner un peu d'espérance dans les coeurs affaiblis.


Après les tristes jours ce seront les jours glacés
Et le manteau de neige recouvrira tout
Partout on verra le miroir de la mort.
Le calme et le repos réclament les mois noirs.

O quelle joie pour le pauvre homme quand il verra
Une fleur blanche éclore dans un champ
Il pensera que rescuciteront encore
Les fleurs, les récoltes, la lande et le vert cresson.


Nous aussi, pauvres gens, nous avons nos mois noirs
Le feu de nos coeurs se recouvrent de cendres
Mais de meilleurs jours viendront grace à une étincelle
Du feu recouvert viendra la lumière.


Espérons, Bretons, Les gens ne sont pas morts
Par leurs coeurs, leurs écrits et leurs actions
Ils referont vivre notre bon pays, par un nouveau printemps.
Des jeunes se lèvent et c'est là notre espoir !

La fille de Sainte-Anne
Ouest Éclair, 10 décembre 1900.

 

LA CHUTE DES FEUILLES

par Émile Ernault (Barzh ar Gouet)

Par le souffle mauvais de l'automne
Les feuilles s'en vont une à une
Détachées de leur branche, elles meurent :
Sur la terre de ci de là.

Elles s'étalent en couches épaisses
Et les branches sont sèches et nues
Supprimant ainsi le refuge
Qui abritait le chant du  rossignol

Gwerziou, soniou ha marvailhou brezonek ha gallek
Prud'homme, Saint-Brieuc, 1903, p.205

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
















La Feuille
par Anjela Duval (Traduction Paol Keineg)

Des deux côtés du Léguer noir
Les rangs de peupliers minces
Jettent au ciel leurs mâts droits.
De-ci de-là un frêne :
Tulle vert qui tremble dans les souffles.
La surface tranquille de l’eau : miroir clair
Qui renvoie l’image :
Moutons d’un blanc exquis dans le ciel bleu
Et arc-de-triomphe des grands arbres.
Face à face de l’abîme et de l’espace.

Une feuille rousse tombe de l’espace.
Une feuille rousse sort de l’abîme.
À la même vitesse : lentes, de biais
Toutes deux de même taille, même couleur
L’une descend doucement de biais
L’autre monte doucement de biais
À la surface tranquille de l’eau elles se baisent
Il ne reste plus qu’une feuille
Qui s’obstine, paisible, à s’en aller
        au fil de son destin.

Automne 1963
Anjela Duval : « Quatre poires. Recueil bilingue de poèmes. choisis et traduits par Paol Keineg » Editions Mignoned Anjela, 22500 Paimpol, 2003

Gouzout Muioc’h / Pour aller plus loin

Bleuven (Laurent), An diskarr-amzer, in Feiz ha Breiz, miz here,1934, pp409-410
http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/956a170bd26e5fe68a1504b1179ef765.pdf

Abeozen, An diskar-amzer, in "Les ondes" 18 octobre 1942.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k98159636/f14.image.r=%22diskar-amzer%22?rk=257512;0