Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1940 : La bataille de France vue par Fañch Couer, chroniqueur du Courrier du Finistère

Il y a 80 ans les Français devaient faire face à l’invasion allemande. Il est interessant de suivre dans les journaux de l’époque l’état d’esprit de nos compatriotes. Début mai on peut lire dans Le Courrier du Finistère sous la plume de Fañch Couer (Fañch le paysan), Ar viktor a vezo deomp, biskoazh hon arme n’eo bet ken prest da ziarbenn an enebourien (La victoire sera à nous, jamais notre armée n’a été aussi prête à repousser l’ennemi). 

La suite à lire dans Dimanche Ouest-France du 24 mai 2020

Pennad orin / Texte original

Fiziañs bepred

Arabat eo krediñ e c’hellimp dont a-benn da reiñ lamm d’an Almagn heb bezañ gwasket hon-unan ! Bremañ an tangwall a zo krog da vat ! An distruj a ra a zo ker spontus ma ne c’hellomp ket kompren petra eo…
Miz Mae, ar bloaz-mañ a chomo merket don e spered an dud. Hon enebourien o deus graet deus miz ar fleur, miz kaerañ an nevez-amzer, deus miz Mari, un amzer a drubuilh hag a spont…
N’eo ket gant hirvoudoù e vezo roet lamm d’an dud digernezh a zo adarre sailhet war hor bro ! Selaouit komzoù ar re a zo karget da hentchañ hor bro, koulz ha bro Saoz ! Komz a reont gant nerzh kalon ha lavarout a reont ar wirionez heb damantiñ…
Biken n’hor bije kredet e vije bet adarre Bro-Frañs frigaset gant kanailhez an Almagn ! O na pebezh ranngalon evidomp-ni, soudarded ar vrezel all.

Fañch Couer
Le Courrier du Finistère
15 a viz Even 1940.

Troidigezh / Traduction

Gardons confiance

Il ne faut pas croire qu'on battra l'Allemagne sans sacrifices. Maintenant l'incendie ravage tout. Les destructions qu'il apporte sont si épouvantables qu'on ne peut pas s'en rendre compte...
Le mois de mai cette année restera marqué profondément dans la mémoire des gens. Nos ennemis ont fait du mois des fleurs, le plus beau mois de printemps, le mois de Marie, un temps de troubles et d'épouvantes...
Ce n'est pas par des incantations qu'on combattra les gens impitoyables qui ont de nouveau envahi notre pays ! écoutez ceux qui sont chargés de conduire notre pays tout comme celui des Anglais ! Ils parlent avec force, coeur et ils disent la vérité sans crainte...
Jamais nous n'aurions pensé que la France soit broyée par la canaille allemande ! O quel déchirement pour nous, les combattants de l'autre guerre.

Fañch Couer
Le Courrier du Finistère
15 juin 1940

Gouzout Muioc’h / Pour aller plus loin

Le Courrier du Finistère, 1940, Archives départementales du Finistère
http://mnesys-viewer.archives-finistere.fr/accounts/mnesys_cg29/datas/medias/collections/bibliotheque/presse/4MI020/FRAD029_4MI_020_1940_05_04_001_1940_05_25_004.pdf