Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1893 : Avec La Légende de la mort, Anatole Le Bras nous fait pénétrer l’âme bretonne

C’est le livre essentiel pour pénétrer l’âme des Bretons. Anatole Le Braz a recueilli la tradition populaire du XIXème siècle. La Légende de la mort est tout entière consacré à l’Ankou, le faucheur de la mort ; un grand, un très grand livre fantastique !

Le Braz l’a publié en français, d’après ses collectages en breton. Tro Mari-Job ar Gergueno (La tournée de Marie-Job le Guerveno) est un bel exemple de l’imaginaire bas-breton.

(La suite à lire dans Dimanche Ouest France du 23 juillet 2017).

Pennad orin / Texte original

Mari-Job a Gergeno

Homan, Mari-Job ar Guergeno, a oa commissionérez en Enez-Veur, hac a c'hê eur wech ar zun da varc'had Lannuon, a zo ar iaou, ével ma ouzoc'h, 'n eun tammik kar hanter brewet, stag onthan eun tammik loen striz. Ha c'hoaz oa strîssoc'h an ekipach wit an aneval, tout quaji war lasso. Eur miracl zur e bet pa na n'ô ket bet zac'het n'onn ket pet kwech an ini goz hag he loen war hent an ôd, mesk ar gornegello pe ar gerek, 'n eur vond, d'an daze, deuz an Enes d'an Douar- braz. Rak, pe chonch, vije noz sac'h ar peurvuan pa vije o tremen, pcnegwir e partie ordinal 'rôk tarz an dé, ha coulz loar pa vijè o retorn. la, pa vije loar. Eun dra estonuz kement ail e gweled penoz n'arriê drouk bet ganthi en bêaj, rak, fé d'am doustek, n'ê ket pôtred discurpul a vank en dro da Bleuveur ha da Drébeurden. Ha homan vijè ganthi 'n he c'har eur bern marc'hadourez, peadra da denti gwerzed vrao na n'eont marfad d'ar peusse met en defot da gad welloc'h da dastum.

Pa vije goullet diganthi :

— Ma, Mari-Job, peuz ket aon ie o ruza vesse dre 'n henchou, hag hen noz?

(1) Nous croyons faire plaisir à nos lecteurs en donnant ici le lexte breton d'une des histoires publiées et traduites par A. Le Braz, dans la seconde édition de sa Légende de la Mort chez les Bretons armoricains (t. II, pp 162- 176). C'est, d'abord, un spécimen exact de breton parlé, sans aucune retouche de grammaire ou de vocabulaire. C'est, de plus, un document intéressant pour ceux qui seraient tentés de soutenir que le folklore recueilli exactement sous la dictée des conteurs populaires ne présente jamais de qualités de composition ni de style et que l'authenticité d'un récit est exclusivement garantie par l'absence de valeur littéraire. (G. D.).

— Bah! 'meï, ar re ail eo a gémer doan diwin. Pa glewont ma c'har o wigourad a chonch ganthê c'hê kar an ankô.

Ha gwir a 1ère, rak gwigourad a re moal lie c'har kement ha kement, kement ha kement a didrille an hern coz, hag ar marc'h a oa ken hanval ouz eul loen spont, ken a oa ezet awalc'h nem drornpa ganthe war vetek se. Ha neuze, n'e ket awalc'h, met eun dra oa ha na lare ket Mari-Job : tremenet oa homan gant an dud wit bea eun tammik zorseres. Goud a wie secrejo. Ha, marfad, oa well gant friponed fall ar vro non pas tostaad re dionthi, betegout tapout he malloz. Berz ar fin, couscoude, ec'h ariïas ganthi eun dra drôl awalc'h da glewed.

Ze oa en kreiz ar goan, avanset mad gant miz du. Bet a oa eur zun scorn, cap da faouti ar meïn bez er verred, ha, ma oa custum Mari-Job da vond en amzer, couscoude defa touet mad en dro-man n'aje ket da Larmuon, ma talc'hje ar riou, ha pa na vije nemet abalamour da Voji, na defa, emeï, na kar na par nemerthan. la met, setu arri ar merc'her da noz, coulz an Angélus, ha hi o weled oc'h antren Glaouda Gô, ar varc'ha- dourez butun, vel pa larfac'h he gwella pratik.

— Daoust hag hen ve gwir ar vrud a zo, Mari-Job, penoz n'e man ket 'n oc'h ide mond warc'hoaz d'ar marc'had?

— Para, Glaouda, emeï, chonjal ra ganec'h a mije eur gon- sians christen, ma voutjen Mogi e mes gant éun amzer vel homan, hag hen paket ho fri gant ar ianned hoc'hunan.

— Pe, couscoude, 'mê eben, me 'm eus choant a c'hafac'h, pa na ve nemet abalamour d'in. Goudouzoc'h n'e ket aboue hirie c'hon o rei d'ec'h da c'honid. En nàn Doue, Mari-Job, na rifuset ket anon. Setu et quaji tout ma butun carot, ha ma na me ket hini fresk 'ben disul, para larin-me d'ar bôtred ar meïn pa deufont tout, goude 'n ofern veure, da brena chik wit ober ho zunwez ?

An Enes-Veur, c'houi war ze, c'hê bro ar bikerrien-veïn : e-mant eno d'an neubeuta eun tri pe eur pewar c'hant bennag o laboured ar gerrek d'ober meïn minerez ha, mer d'am doustek, a sort-se n'int ket bomde tud commod, vel ma c'hellet credin, surtout ma zo kement a Normantet anhê evel a Vreto- ned. N'ê ket hep rêzon e tourmantê Glaouda Gô, rak tud a oant da foueltra kement tra oa 'n he zi, ma vije hi na gavjent ket ar pez a defoa eom. Ha Mari-Job a wie ze rez mad, en assans oa hi a digwéè d'heï mond bop iaou da gerc'hed ar butun d'ar Burew : hag, ablamour da ze, e teue keun d'hei, memes-tra, 'n eur jonjal e tapje kroz he c'hommer, ha mateze girio vil, ar zul warlerc'h, abalamour d'heï. la met, Mogi, wit-se ! ar paour- kès Mogi ! Ha neuze eun dra ail oa c'hoaz hag a lare d'hei non pas mond en hent, pe vije kersé ganthi. Klewet a re en diabars eur vouez hag a lare d'hei : « N'es ket da chanch a zantîmant : chomm er ger, pa teuz laret chomm ! »

Eben couscoude a dalc'he war-n-hi bopred, ha kement ha kement a rès ma lares ben ar fin Mari-Job, rak eur vaoues sansib a oa, withi da véa brusk.

— Hanta ia, mad e, bea po ho putun.

Ha hi dustu d'ar c'hraou d'ober eun tamm prepari da Voji, vel ma rê ordinal arok mond en hent.

Ha, fe, arri an dewarlerc'h, coulz an daze, ha hi mes an Enes, marc'h ha kar, evel ec'h ordinal, paket he daouarn ganthi n'he manego gloan rouz ha chouchet he diouskoa 'n he mantel stoup, ha hu, Mogi ! Nebonn, heman a bikè stard an awel 'n he ziouskouarn, vel pa vije bet gant eur c'hant noadeïo. Ha, fe da Doue, groac'h coz ha marc'h coz oa ken trîst o vond an eil hag éguilè. Kement a réjont couscoude ma c'harrijont bew ha iac'h en ker Lannuon, An hosteleri lec'h e tiskenne Mari-Job oa en Ewr-Arc'hant, dremdost d'ar c'hê, en tu-man d'ar gwez, ha pa n'em gavas eno, achu he c'hommissionnou ganthi, e c'houllas an hostizes onthi :

— Jesu Maria ! Marfad na intentet ket mond d'ar gêr ? Met c'boant ho pe da vea vel eun tamm scorn wit arriout en Enès- Veur.

Laret oe d'heï chomm da gousked. Met inutul a oe.

— Vel ec'h on deut e retornin, emeï. Met a rofet d'in, mar. plich, eun tassad café tomm gant eur bannec'h gloria.

Memes-tra, oa ezet gweled na oa ket warnhi he liou mad; hac arri 'r c'houlz da laret kenavo d'an hostizez e laras d'heï gant eur vouez trîst :

— Bea 'm euz ide, 'meï, vo caled ma zro. Zon fall a glewan 'n em skouarn gleï.

 (...)  ar peurrest da lenn war http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1902_num_18_3_1154

Troidigezh / Traduction

L'histoire de Marie-Job Kerguénou

Marie-Job Kerguénou était commissionnaire à l' Ile-
Grande , en breton Enès-Veur , sur la côte trégorroise .
Une fois la semaine , le jeudi , elle se rendait à Lan-
nion , pour le marché , dans une charrette à demi « dé-
clinquée », attelée d' un pauvre bidet . Quant au harnais ,
plus misérable encore que la bête , il était , comme on
dit , tout sur ficelles . C' était miracle que la vieille et
son équipage ne fussent pas restés vingt fois en dé-
tresse dans la route de grève , coupée de fondrières
vaseuses et semée de roches , qui , aux heures de mer
basse , met l' île en communication avec le continent .
D' autant que Marie-Job était toujours de nuit à fran-
chir ce passage , parlant le matin bien avant l' aube et
ne rentrant guère qu' avec la lune , quand il y en avait .
C' était miracle , pareillement , qu' elle n' eût jamais fait
de mauvaise rencontre , car enfin ce ne sont pas les
rôdeurs qui manquent dans ces parages de Pleumeur
et de Trébeurden , et les marchandises dont la carriole
de la commissionnaire rapportait habituellement sa
charge étaient pour tenter des gens peu scrupuleux
qui ne se livrent à la quête des épaves de mer que
parce qu' ils n' ont pas mieux à glaner .
On lui demandait quelquefois : – Vous n' avez pas peur aussi , Marie-Job , à voya-
ger de la sorte , nuitamment , toute seule par les che-
mins ?
A quoi elle répondait :
– Ce sont les autres , au contraire , qui ont peur de
moi . Ils croient , au bruit que fait ma charrette , que
c' est celle de l' Ankou .
Et c' est vrai que , dans l' obscurité , on pouvait , ma
foi , s' y méprendre , tant l' essieu grinçait , tant les fer-
railles cliquetaient et tant le cheval lui-même avait
l' air d' une bête de l' autre monde . Puis , s' il faut tout
dire , il y avait une raison encore et que la vieille Marie-
Job n' avouait pas : c' est qu' elle était réputée , dans le
pays , pour être un peu sorcière . Elle savait des « se-
crets », et les chenapans même les plus audacieux
préféraient se tenir respectueusement à distance plu-
tôt que de s' exposer à ses maléfices .
Une nuit pourtant , il lui arriva une aventure , que
voici .
C' était en hiver , sur la fin de décembre . Depuis le
commencement de la semaine , il gelait à faire éclater
les pierres des tombeaux . Bien qu' habituée aux pires
intempéries , Marie-Job avait déclaré que , si le froid
était aussi vif , elle ne se rendrait sûrement pas au
marché de Lannion , non pas tant par ménagement
pour sa propre personne que par amitié pour Mogis ,
son cheval , qui était , comme elle disait , toute sa fa-
mille . Mais voilà que , le mercredi soir , à l' heure de
l' Angelus , elle vit entrer chez elle sa meilleure prati-
que , Glauda Goff , la marchande de tabacs .
– Est -ce vrai , le bruit qui court , Marie-Job , que
vous ne comptez pas aller demain au marché ?
– Quoi donc ! Glanda Goff , aurais -je la conscience
d' une chrétienne , si je mettais Mogis dehors par un
temps comme celui-ci , où les goélands eux-mêmes
n' osent pas montrer leur bec ?
– Je vous le demande , ce nonobstant , pour l' a-
mour de moi . Vous savez si je vous ai toujours donné
à gagner , Marie-Job ... De grâce , ne me refusez point .
Ma provision de tabac-carotte touche à sa fin . Si je
ne l' ai pas renouvelée pour dimanche , que répondrai-
je aux carriers , quand ils viendront tous , à l' issue de
la basse messe , acheter de quoi chiquer pour la
semaine ?
Il faut vous dire que l' Enès-Veur est l' île des car-
riers : ils sont là , pour le moins , au nombre de trois
ou quatre cents qui travaillent la roche pour en faire
de la pierre de taille , et ce ne sont pas des gaillards
commodes tous les jours , comme vous pensez , sur-
tout qu' il y a parmi eux autant de Normands que de
Bretons . Sûrement , Glauda Golf ne se tourmentait pas
sans raison , car ils étaient gens à mettre sa boutique
à sac s' il advenait que son débit , le seul de l' île , ne
leur fournît pas ce dont ils avaient besoin . Marie-Job
Kerguénou comprenait bien cela . C' était elle qui ,
chaque jeudi , avait mission d' aller quérir le tabac aux
bureaux de la Régie ; et , en vérité , ça la chagrinait
fort d' être cause que , le dimanche suivant , sa com-
mère recevrait des reproches et peut-être des duretés .
Mais , d' autre part , il y avait Mogis , le pauvre cher
Mogis !... Puis elle avait comme un pressentiment que , pour elle-même , ce serait une mauvaise chose
de partir . Une voix lui conseillait en dedans : « Ne
change point ta résolution : tu avais décidé de rester ,
reste ! »
L' autre cependant suppliait toujours . Alors , Marie-
Job , qui était brusque dans ses manières , mais qui
avait le cœur le plus sensible , finit par lui répondre :
– C' est bien , vous aurez votre tabac .
Et elle se dirigea incontinent vers la crèche pour
faire la toilette de Mogis , comme à la veille de chaque
voyage .
Le lendemain , à l' heure de la marée basse , elle
quittait l' île , dans son équipage coutumier , ses mi-
taines rousses aux mains et sa cape de grosse bure
sur les épaules , criant : « hue ! » à Mogis dont la bise
piquait les oreilles , comme si elle les eût criblées
d' aiguilles . Ni la vieille femme , ni son vieux cheval
ne se sentaient en train . Ils arrivèrent cependant à
Lannion sans encombre . Dans l' auberge où Marie-Job
faisait sa descente , et qui était à l' enseigne de l' Ancre
d' Argent , sur le quai planté , l' hôtesse , quand elle la
vit reparaître , après ses commissions terminées , lui
dit :
– Jésus ! Maria ! Vous ne songez pas à repartir , au
moins ! Savez -vous que vous serez changée en glace
avant d' atteindre l' Ile-Grande ?...
Et elle insista pour la retenir à coucher . Mais la
vieille fut inflexible .
– Comme je suis venue je m' en retournerai
Donnez -moi seulement une tasse de café bien chaud
et un petit verre de gloria .
Tout de même , on voyait bien qu' elle n' avait pas
sa mine des bons jours . Au moment de prendre
congé de l' hôtesse de l' Ancre d' Argent , elle lui dit
d' un ton triste :
– J' ai idée que le retour sera dur . Il y a dans mon
oreille gauche quelque chose qui sonne un mauvais
son .. .

(La Légende de la Mort 2ème édition, 1902, Tome II, P 162-176)

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

Editions :

La légende de la mort en Basse-Bretagne, 1893. https://fr.wikisource.org/wiki/La_L%C3%A9gende_de_la_mort_en_Basse-Bretagne/Texte_entier
La légende de la mort, Nouvelle édition par Georges Dottin, 1902, éd Campion Paris http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8630199c
Mojenn an ankou, Trad. Erwan ar Moal, Mouladurioù Hor Yezh, 1986.

Brezhoneg
Wikipedia : 
https://br.wikipedia.org/wiki/Mojenn_an_Ankou
Ar Braz (Anatol), 
Tro-Mari-Job ar Gergeno, in Annales de Bretagne, 1902. http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1902_num_18_3_1154
Ar Moal (Erwan), 14 danevell troet e Brezhoneg e Kroaz ar Vretoned, 1911-1913.
Mojennoù ar marv, Emb An Alarc'h, 2013.  https://www.brezhoneg.org/br/livres/mojennou-ar-marv

Français
Wikipedia : 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Anatole_Le_Braz