Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1834 : Le grand médecin Claude Bernard écrit une tragédie sur « Arthur de Bretagne »

Né dans le Beaujolais, le célèbre fondateur de la médecine expérimentale, se voyait auteur de théâtre. Il écrivit un drame en cinq actes « Arthur de Bretagne » qui fut traduit en breton par un autre médecin Jean-Marie Le Goff et publié sous le titre Arzhur Breizh en 1949. Cette oeuvre de jeunesse, inspiré d’un drame de Shakespeare, met en scène la tragique histoire de ce duc adolescent.  Arthur I devient duc à 9 ans, dans un contexte de tensions extrêmes :   Daou enebour a bouez warnomp, Filip ha Yann, deoc’h-c’hwi an hini eo d’hon dieubiñ, hag o kas unan da sutal brulu e c’heller dizarbennañ egile (Nous avons deux ennemis, Philippe Auguste et Jean sans terre, vous êtes garant de notre liberté, en envoyant paître l’un d’entre eux, vous repousserez l’autre).

A 12 ans, en 1199, Arthur devint héritier légitime de l’empire Plantagenêt. Il sera spolié par Jean sans terre, prince sans foi ni loi qu’il apostrophe ainsi : Deus ta, euzhden, deus da dennañ plijadur eus da daolioù mezhus, heugus ha doñjerus ( Viens donc monstre, prends ton plaisir de tes actes honteux, répugnants et dégoûtants). Arthur choisit alors le camp des Français sans enthousiasme : Filip Frañs ne oar nemet breinañ an divizoù, c’hwilier, lavagnon ha katolik nac’h-Doue, kemer a ra dre douellerezh hor broioù d’o stagañ ouzh e rouantelezh (Philippe de France ne fait que renier ses engagements, par la ruse, la rouerie et le parjure, il prend par traîtrise nos pays pour les joindre à son royaume).

Yann Dizouar (Jean sans terre), donna l’ordre de lui crever les yeux : lakaat un astenn divent en o merzherinti ; tennañ deoc’h ho taoulagad eus ho penn gant un houarn ruz, en ur lezel ganeoc’h ar vuhez (Prolonger votre supplice en vous laissant vivant mais en crevant vos deux yeux avec un fer rouge). Le jeune duc fut assassiné en 1203 à l’âge de 16 ans, probablement des mains de Jean sans terre.

La pièce de théâtre illustre la montée en puissance des royaumes de France et d’Angleterre : Bro c’hall ha Bro Saoz a zo re greñv hiziv, dezho o div eo an dachenn emgann, abalamour ma z’eo etrezo eo, ar gwir c’hourenadeg (Ils sont trop puissants, le terrain de bataille est à eux pour une lutte sans merci).

Après Arthur, La Bretagne connaîtra 150 ans d’influence française, puis 130 ans d’influence anglaise avant de tomber dans le giron français en 1532.

Pennad orin / Texte original

Arzhur Breizh (Pempved Arvest)
komzoù Arzhur

Evelhen, ar gwir a zo gwallet en un doare mezhus, enor ar varc'hegerien kondaonet gant bourevien, eeunded ar merc'hed aberzhet d'ur c'harventez skrijusañ...
Ha den ne sav e vouezh a-enep an traoù-se ... Ha Doue, Eñ E-unan a c'hello ec'h aotren ? Hag evit tizhout peseurt pal ? Petore skouer a c'hellan-me bezañ d'ar bed ?
Ar vezh war an dud laosk hag a lez kement-se a dorfedoù digastiz ! Ha pa z'eo gwir on-me dilezet gant Doue... Mervel, va Jezus o vallozhiñ hoc'h anv santel hag en ur zuañ holl va breudeur ! 
Pardon, va Doue ! Me a venn, mennout a ran gouzañv

Arzhur Breizh, emb1949, P.157

Troidigezh / Traduction

Arthur de Bretagne (cinquième acte, scène 1)
Monologue d'Arthur.

Ainsi le droit est outrageusement violé, l'honneur des chevaliers condamné par des bourreaux, la vertu des femmes victimes de la brutalité la plus atroce.
Et personne ne protestera et Dieu lui-même le pourra permettre ! ... à Quelles fins ? Dans quels buts ? De quel exemple puis-je être au monde ?
Malheurs aux hommes qui laissent tant de crimes impunis. Et puisque Dieu m'abandonne . Mourir mon Dieu en blasphémant votre nom et calomniant tous mes frères.
Pardon mon Dieu, je veux, je veux souffrir.

Première édition d'Arthur de Bretagne (1887), p170-171.

Gouzout Muioc’h / Pour aller plus loin

Bernard (Claude), Arthur de Bretagne, Drame inédit en cinq actes, E. Dentu, Paris, 1887
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5775148b.r=Claude%20Bernard%20Arthur%20de%20Bretagne?rk=21459;2

Bernard (Claude), Arzhur Breizh, Tr. Yann-Vari Le Goff, J.B. Baillière &fils, Paris, 1949

Beunier (André), Arthur de Bretagne, drame par Claude Bernard, in Le figaro littéraire, 17 Janvier 1914
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5775148b.r=Claude%20Bernard%20Arthur%20de%20Bretagne?rk=21459;2

Alter (Dr), Le drame de Claude Bernard, in La gazette des eaux, 15 août 1889, p 251-252
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9678460b/f3.image.r=Claude%20Bernard%20Arthur%20de%20Bretagne

Arthur de Bretagne, Publication sans le consentement des héritiers in "Le Droit d'Auteur", 15 octobre 1889,
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5531107k/f7.image.r=Claude%20Bernard%20Arthur%20de%20Bretagne

Sanvoisin (Gaetan), Les débuts de Claude Bernard dramaturge, in Le Journal des débats, 2 juin, 1943
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5531107k/f7.image.r=Claude%20Bernard%20Arthur%20de%20Bretagne

Ar Garrek (Toussaint), Arzur Breiz, Arthur de Bretagne, Ed. Maurice le Dault, Paris 1905
Shakespeare (William), The Life and Death of King John, La Vie et la Mort du roi Jean, 1598.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200652q/f207.image.r=Shakespeare,%20La%20vie%20et%20la%20mort%20du%20roi%20jean
https://books.google.fr/books?id=RmZZAAAAcAAJ&pg=PA68&dq=Shakespeare+The+Life+and+Death+of+King+John&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiMjba9ye_mAhVsxoUKHcmoBZYQ6AEIMzAB#v=onepage&q=bretagne&f=false