Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1925 : Bilzig l’un des plus beaux romans maritimes breton

Fañch al Lae, professeur à Pontivy puis maire de Locquirec de 1928 à 1936 nous a laissé un roman autobiographique sur son enfance miséreuse à Locquirec. Sa mère veuve et ses 4 enfants vivaient du fruit de la grève : mont a raent d’an aod, da vigorneta, da goukousa, da veskla ha pa vez mareoù bras da ormela ha de deureuka. Ar c’hregen dastumet, ar vamm a yae d’o gwerzhañ, ur bouteg war he fenn.   (Ils allaient à la grève ramasser des bigorneaux, des coques, des moules et par grande marée des ormeaux et des oursins. Une fois les coquillages ramassés, la mère s’en allait les vendre, son panier sur la tête)…

Espiègle, Bilzig n’en rate pas une. Son voisin le vicomte et son valet en font les frais : A-nerzh e gorf Bilzig a volee hag a dourtas beg ur garregig. Hag an Aotrou hag e vevel a goueas o daou war o revr, war o c’hrabanoù, o parlochat en dour-mor. Gwiskamant voulouz ruz ha seiz melajinet ar beskont hag e dog garlantezet a oa un druez ! (Bilzig godillait de toutes ses forces et heurta un rocher. Le seigneur et son valet tombèrent sur leur derrière, pataugeant à quatre pattes dans l’eau de mer. L’habit de velours cramoisi et de soie vert-jaune, le chapeau à festons faisaient pitié !
Fils de marin-pêcheur, il embarque comme mousse à douze ans. Bilzig a oa mous, lorc’h ennañ. Tra pe dra en dije atav d’ober er bagoù : Teuler dour eus lusev ar vag vras gant ar skop, lakaat ar gouelioù, ar skoudoù, an drisoù da sec’hañ ; lardañ ar wern, ar stae, ar poleoù, astenn ar fard war ar bili evit o digweañ : divailhañ an drag pe ar sen evit o dresañ ; koltariñ, livañ ar vag vihan pe an hini vras. (Bilzig était fier d’être mousse. Il avait toujours quelque chose à faire sur les bateaux : écoper l’eau, faire sécher les voiles, les écoutes, les drisses, larder le mât, l’étai, les poulies, étendre les amarres sur les galets pour les défaire de leurs torsions ; démailler le chalut et la senne pour les réparer ; enduire le bois de coltar, repeindre le bateau).

Bilzig échappe au naufrage et endurci, fait carrière dans la marine de commerce sur un trois mats carré de Nantes, (war roll un teirgwern karre eus an Naoned, ul lestr a bemp kant tonell nevez-flamm. Gantañ ec’h an d’ober ur veaj daou vloaz). Grâce aux éditions Skol Vreizh et à l’expertise du traducteur Bernard Cabon, le savoureux Bilzig fait partie des grands classiques bretons.

Pennad orin / Texte original

Nosvezh ar morgazed

Na gouzañvet hoc'h-eus c'hwi bet, ur wech bennak, brec'hioù gwevn ha ramplus evel kroc'hen ur silienn, oc'h astenn o spegoù yen war ho troad pe war ho kof-gar ? Den ne c'houzañvas hep fiñval un hevelep stokadenn... Sellit outi, pegen lemm eo he lagad gwer-c'hlas, hanter-digor war he mammenn, skaer evel skorn, kriz evel hini ur c'hazh klañv arajet, evel hini un naer-wiber, o c'hortoz piv da dagañ. Meret hoc'h-eus c'hwi bet, ur wech bennak, gant ho taouarn, o c'horfoù diaskorn, gwag ha gwevn ken nerzhus ? Ha kroget o deus ennoc'h gant o beg du, kalet evel dir, lemm evel un aotenn ? Labezet hoc'h-c'hwi bet gant o livaj ken du hag uzilh ar siminal ?

Troidigezh / Traduction

La nuit des pieuvres

Vous est-il arrivé quelquefois d'avoir à supporter de tels bras gluants et flexibles, pareils à la peau d'une anguille, qui fixent leurs crampons sur votre pied ou votre mollet ? Personne n'a jamais supporté sans broncher un tel contact. Si vous la regardez, vous verrez à quel point son oeil d'un bleu verdâtre est perçant à demi ouvert, dans son orbite clair comme de la glace, cruel comme celui d'un chat enragé, comme celui de la vipère à l'affut de sa proie. Et avez vous jamais palpé de vos mains ces corps sans os, mous et élastiques mais si puissants ? Et vouys êtes vous jamaos fait mordre par ces bouches noires, dures comme de l'acier, tranchantes comme une lame ? Avez vous jamais été aspergés de leur encre de pieuvres, aussi noire que la suie de cheminée ?

Bilzig p. 110

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

Embannadurioù :

Al Lay (F.) Bilzig, édition de la revue Buhez Breiz, Kemper, 1925.
Al Lay (F.) Bilzig, emb gant Emgleo Breiz, Brest,1963
Al Lay (Fañch), Bilzig, texte breton et traduction française, Skol Vreizh, Montroulez, 2003.

Brezhoneg
Raoul (Lukian) Geriadur ar skrivagnerien ha yezhourien, Al Liamm, 1992, P;244-245
Favereau (F.) Lennegezh ar brezhoneg en XXvet kantved, T.2, Skol Vreizh, Montroulez, 2003, p.41-63
Bilzig in Ar Falz, N°4, 1961.

Français

Favereau (F.) Anthologie de la littérature bretonne, T.2, Skol Vreizh, Morlaix, 2003, p.41-63
Trepos (Pierre) Bilzig roman inachevé, in Annales de Bretagne, t. LXV,4 (P 423-430) 2003