Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

2017 : Troiad An Eginane (La tournée des étrennes)

Il était de tradition que les pauvres et les mendiants aillent chercher leurs étrennes le jour de l’an. C’était le troiad an eginane. (La tournée de la guinannée). Voici un témoignage à Corlay en Haute Cornouaille en 1880 : Le chef de bande qui arrivait devant une maison cossue chantait un compliment :
An ti mañ ‘zo bras uhel,
Hag a vez gwelet a-bell.
Eginane ! Eginane !
‘Barzh en ti-mañ zo ‘n ozhac’h mat,
Hag ur wreg n’hini talv ervat !
(Cette maison est grande et haute et on la voit de loin, Eginanné ! Eginanné ! Dans cette maison il y a un bon mari et une femme qui le vaut bien !).

Le jeu était de refuser l’aumone, ce qui déclenchait l’ire des mendiants :
Pa ‘n eus mann ‘barz an ti-mañ,
Koulz eo din mont pell ac’hann
(Puisqu’il n’y a rien dans cette maison, mieux vaut m’en aller d’ici).
Bien entendu, les maîtres se ravisaient et la formule de remerciements était celle-ci :
Na pa ‘m eus bet eginad,
Ret eo ho trugarekaat
(Maintenant que j’ai reçu les étrennes, je dois vous remercier).

La version du Barzaz Breiz de 1867 donne des remerciements bien plus enthousiastes :
Laoskomp ur youc’hadenn bremañ,
Pa deusomp bet hon eginañ,
Pa deusomp bet un troadad gwenn,
Ha kerc’h ha segal c’hoazh ouzhpenn
(Poussons un cri de joie maintenant que nous avons eu nos étrennes, Un pied de lard, du seigle et de l’avoine).

Et de terminer par des vœux poétiques à la maisonnée :
C’hwezh ar yec’hed gant ho paotred !
C’hwezh al lavand gant ho merc’hed !
Bloavezh c’hwiled, bloavezh glizh,
Bloavezh kerc’h ha bloavezh gwinizh !
E-barzh ho liorzh kanab gae,
A-benn ma teuyo ar miz mae !
Mae e bleuñ, even e greunenn
Hag e gouere ar wastell wenn !

(Que vos garçons respirent la santé ! Que vos filles sentent la lavande ! Année de scarabées, de rosée, d’avoine et de froment pour vous ! Dans votre courtil du chanvre gai, lorsque viendra le mois de mai ! En mai, la fleur, en juin le grain et en juillet la galette blanche !).

Les fêtes de l’aguilaneuf ont fait l’objet d’une littérature considérable, certains les faisant remonter à l’époque druidique (Au gui l’an neuf). De multiples chansons populaires en breton attestent de la vitalité de cette tradition chez nous mais aussi dans tout l’ouest de l’Europe. Elle survit festivement en Écosse avec la Hogmanay et caritativement au Québec avec La grande guignolée des médias.

Pennad orin / Texte original

Troidigezh / Traduction

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

Postic (Fañch), Eginane, les surprises et pièges d'une enquête, in Musique Bretonne, N°206, 2008.

Bourgeois (Alfred), Etude au sujet d'une ancienne coutume bretonne d'origine celtique et diversement interprétée, in Bulletin de la Société académique de brest, tome XIII, 1888.

Abgrall (Jean-Marie), Souhaits de bonne année, Revue des traditions populaires, TII, 1887, P.564

Sébillot (Paul), Souhaits de bonne année en rébus, Revue des traditions populaires t.II, 1887, P.568

Pérennès (Henri), La Guinnanée et noëls populaires bretons, in Annales de Bretagne, 1928.

La Guignannée de Morlaix in Le Mercure Galand Février 1683, P.43.

Van Gennep (Arnold), Le Folklore français, Rbert Lafont Paris, 1999.

La Villemarqué (Théodore Hersart de), Barzaz Breiz, éd.1867, p445.