Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1792 : L’almanach révolutionnaire du Père Gérard

Un catéchisme révolutionnaire traduit dans les langues de France

A peine proclamée la Constitution de 1791, les plus fervents révolutionnaires créent la Société des amis de la Constitution (Mignouned ar Gonstitucion) pour propager leurs idées parmi les masses paysannes. Collot d’Herbois est chargé d’éditer un almanach sous forme de dialogues entre Michel Gérard, paysan de Montgermont près de Rennes, député de l’Assemblée Constituante et ses voisins. La version bretonne s’intitule Armanac an tad coz Gerard, evit ar blavez 1792, ar bevare eus al liberte (Almanach du grand-père Gérard, pour l’année 1792, la quatrième de la liberté).
Les grands principes de la Révolution sont martelés : An douar a Frañs ne zoug nemet tud libr. An holl dud vat ha vertuzus a zo toud breudeur. Ar vadelezh, ar gourach, ar basianted hag an humenidigezh n’ez int –i ket partaj ar re zu kerkoulz hag ar re wenn ? (La terre de France ne porte que des hommes libres. Tous les hommes bons et vertueux sont frères. La bonté, le courage, la patience, l’humanité ne sont elles pas le partage des noirs comme des blancs ?). Il faut faire rentrer dans les têtes que le nouveau régime veut le bien de tous et promouvoir la fraternité : Hor bez soñj eus ar pezh zo bet er 14 a viz Gouere …ur joa dianavezet bete neuze, he deus bervet en hor c’halonoù pa hon eus hejet ha torret hor chadennoù, pa hon eus en em savet sonn goude bezañ bet pleget keit amzer. Pep hini ac’hanoc’h oc’h en em vriata hag a serre an dorn d’an hini tosta dezhañ (Rappelons nous du 14 juillet… une joie inconnue jusqu’alors a embrasé nos cœurs quand nous avons brisés nos chaînes, quand nous nous sommes redressés après avoir été si longtemps sous le joug. Chacun de vous s’embrassait, serrait la main de ses voisins…)
L’almanach reçoit un accueil triomphal, Ra vevo ar bobl ! Mes pa eo gwir n’eus mui na Bretoned, na Gaskoned na Normanted, rak ma omp holl Fransizien, kriomp eta asamblez e galleg Frañs : Vive la Nation ! (Vive le peuple, et si c’est vrai qu’il n’y a plus de Bretons, de Gascons, de Normands et que nous sommes tous Français, crions ensemble : Vive la Nation). L’almanach 1792 eut 35 éditions dans les différentes langues de France. A cette époque les Jacobins n’avaient pas encore mis les langues régionales hors la loi.

 

Pennad orin / Texte original

AN TAD GERARD ne baouese da lavaret d'an nep a yoa en dro dezâ : O pebez Constitution vad eo Constitucion ar Francisien ! assuri a ra hon eürusdet hac hini hor bugale.

UR PAYSANT a dostaa, en ur scrabat e scouarn, ac a lavar dezâ : Tad Gerard, ne maoun quet e poan da chouzout petra eo a hanvit CONTITUCION. Ny a gar ervad ar pez se; maes ar guer se a dregaç ac'hanon. Perac e halveur an oll vad en deus great deomp ar Stadou bras, C0NSTITUCION?

AN TAD GERARD a respontas : Va mignounet, CONSTITUCION a lavar deomp ac a sinifi ur c'horf eus a pehini an oll lodennou, an oll proporcionou en em accord mad entrezo, e pehini tout a so en e blaç, ac a ya mad assambles. Chetu Nicolas, dre exempl, (Nicolas a so ur paotr cloq, en deus min vad, en em dosta en ur c'hoarsin), nervennus eo, rust, na re vras, na re vian ; appetit vad en deus bepret ; e zivreac'h a servich anezâ, e zivesquer en doug ; ar chorf ne quet re bounner, ar penn a so yac'h ; ahanta ! an oll perciou destumet eus a Nicolas a ra ur Gonstitucion vad, ha mar deu an oll lodennou eus a Nicolas da leuni mad o fonccionou, e conservo an temperand vad en deus roet an natur dezâ, ac e quendelc'ho e yec'het. Constitucion ar Francisien a gonservo ivez an temperamand vad en deus roet Assamble ar Vro dezi ; ar yec'het e devezo epad ma valeo mad assambles ar galloudou differant; rac ma falfe da unan mont re vuan, pe chom adren, neuse e ve direngeamant pe clènvet.

UR PAYSANT. Petra ententit-hu dre ar galloudou ?

AN TAD GERARD. Bez int ar moyenou a ra mont ar Gonstitucion. Ar Galloud Lesenneur a so Assamble ar vro (pe Nacional); bez eo evel ar penn er c'horf humen ; eno ema ar sounch, ar volontez vad.

Ar Galloud Sicuteur a so ar Roue. Bez eo evel an divreac'h a ra secuti ar pez en deus resolvet ar penn ; ac e c'helfen lavaret penaus ar BOBL A FRANÇ, en ur ruill e peb leach, a so evel ar goad a zoug en oll goaziet eus ar Stad an domder a ro an ene, ac a ra beva ar Gonstitucion.

Troidigezh / Traduction

Le Texte intégral en français de l'Almanach du père gérard est disponible sur Gallica.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k48793g/f17.image

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

Le Menn (Gwenole), Collot-d'Herbois, L'almanach du Père Gérard, le texte français et ses deux traductions en breton, Ed Skol 2003

Biard (Michel), L'almanach du Père Gérard, un exemple de diffusion des idées jacobines, Annales Historique de la Révolution française, N°283, 1991.

Les veillées de la bonne mère Gérard, traduit du bas-breton par un des amis de la constitution à Bernai, Paris, 1792.

Bernard (Daniel), Matériaux pour la bibliographie de l'histoire de la Révolution dans le Finistère, BSAF 1923.

Bernard (Daniel), La Révolution française et la langue bretonne, Annales de Bretagne, 1912-1913, pp 287-331.

Broudig (Fañch), http://www.langue-bretonne.com/yez/almanagou.html