Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

2017 : Yann Ber Piriou lauréat des Prizioù

Le poète trégorrois Yann-Ber Piriou a reçu le Prix du livre breton de l’année  lors des derniers Prizioù organisés par France 3 Bretagne et l’Office public de la langue bretonne

Connu pour son anthologie bilingue « Défense de cracher par terre et de parler breton », Yann-Ber Piriou nous livre dans Divaskell da nijal kuit (Deux ailes pour s’envoler) un regard lucide sur son monde : Ar bed on ganet ennañ A zo aet tamm ha tamm. Maget omp bet holl gantañ, Flamm ha Treflamm (le monde qui m’a vu naître a disparu petit à petit. C’est lui qui a nourri ma flamme et mon enthousiasme ». Après une expérience en Nouvelle-Calédonie dans les années 60, il s’engage contre le racisme et le colonialisme et milite à l’UDB. Son recueil en fait l’écho avec une formule choc : N’on na rejion, na rannvro, Me a zo Bro. Ha mat pell ‘zo (Je ne suis ni régional, ni provincial, je suis de mon pays et c’est bien comme ça).

Sa militance, même assagie, fait mouche à chaque tirade : Tennañ e deod war an dud A zegas tabut ha gwall-vrud. Kalz gwelloc’h eo se koulskoude Eget plegañ e benn bemdeiz (Tirer la langue crée débat et mauvaise réputation. C’est pourtant bien mieux que de baisser la tête chaque jour).

Piriou est foncièrement un poète humaniste respectueux de toutes les cultures et pour celà l’écriture est essentielle : Daoust d’an amzerioù ha d’an ec’honderioù, A-drugarez d’ar gerioù, Reiñ boued ha bod ha degemer d’ar re a garer ha digarez da gejañ etre pajennoù ul levr (Grâce aux mots, on traverse les époques et les horizons, on peut donner nourriture et asile, accueillir ceux qu’on aime, le livre est une découverte de l’autre). Dans la droite lignée de son engagement, Yann-Ber Piriou ouvre grandes les portes de sa Bretagne : Dont a reont eus Dakar, Londrez, Kebek, Budapest, Marrakech evit sevel ti ha buhez en tu mañ. C’hoant o deus da reiñ gwrizioù d’o bugale ha kinnig dremmwelioù nevez d’o selloù … Degemer mat d’o hunvreoù, d’o mouezhioù d’o startijenn ha d’o startijin. (Ils viennent de Dakar, Londres, Québec, Budapest, Marrakech, pour faire leur vie chez nous. Ils veulent donner des racines des horizons nouveaux à leurs enfants… Bienvenue à leurs rêves, à leurs éclats de voix, à leur dynamisme et à leur inventivité).

Poésie de conviction, poésie fraternelle, elle s’écoute sur le CD qui accompagne le livre publié chez Skol Vreizh.

Pennad orin / Texte original

Ober kazh eus ur c'hazh
Ober ki eus ur c'hi
Hag ober forzh petra
Eus an departamantoù-se
N'odeus ket komprenet c'hoazh
E ya gwelloc'h un dorn en-dro
Gant pemp biz.

Petra 'vo an diaesañ d'an touellyezh
Dornañ an ed pe dornatañ an dud ?

Reiñ o wir anv d'an traoù
Kuit da astenn reustl ar bed.

Troidigezh / Traduction

Qu'on apelle un chat un chat
et un chien un chien
Qu'on fasse n'importe quoi de ces départements
quand on n'a pas compris qu'une main ne fonctionne bien
qu'avec cinq doigts.

Qu'est ce qui sera le plus difficile dans ce langage de dupes
Moissonner le blé ou manipuler les gens ?

Donner leur vrai nom aux choses
Quitte à chambouler la marche du monde

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

Levrlennadurezh Yann-Ber Piriou
Divaskell da nijal kuit, Montroulez, Skol Vreizh, 2017.
Kestell-traezh evit kezeg ar mor, Montroulez,Skol Vreizh, 2002
Ar Mallozhioù ruz, Honfleur, P.J. Oswald, 1974. (Bilingue)
Défense de cracher par terre et de parler breton, P.J. Oswald, 1971. (Bilingue)