Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1943 : Andre Guilcher géographe et bretonnant

Originaire de l’île de Sein, le géographe André Guilcher s’est très tôt passionné pour les fonds sous-marins. A 23 ans, il publie ses premières études scientifiques qu’il résumera en breton dans un livre publié en 1943 : Er studiadenn-mañ ez omp aet d’an anav d’an dianav ; eus aodoù hor bro d’an aodoù estren : eus neuzioù ar strad a zo dizolo pa vez ar mor o tichaliñ da gondonioù donoc’h eget n’eo uhel ar menezioù ramzelañ (Dans cette étude, nous sommes allés du connu vers l’inconnu, des rivages bretons aux rivages étrangers, de l’étude de l’estran aux fosses marines plus profondes que les montagnes les plus hautes).

On apprend avec étonnement que nos vallées littorales qu’on appelle du nom breton aber dans le langage scientifique international, se continue sur le plateau continental (gourvazenn an douar bras). Elles sont témoins de la variation du niveau de la mer tout comme les menhirs qui ont les pieds dans l’eau à Plouguerneau, Pont l’Abbé ou dans le golfe du Morbihan. André Guilcher étudie les fjords nordiques, sculptés par d’anciens glaciers mais il est surtout fasciné par les fosses marines qui peuvent atteindre plus de 10km de profondeur. Il les nomme kanienn (cañon) ou islonk (fosse). Avant guerre, l’étude des fonds océaniques progresse à grands pas grâce au sonar : Muzuliañ e vez an amzer tremenet etre tarzh un tenn fuzuilh ha distro an trouz adalek ar goueled : an sonterezh dre heklev eo. (On mesure le temps que met le bruit d’un coup de fusil à atteindre le fond de la fosse : c’est le sondage par l’écho). Dans son livre en breton, André Guilcher, envisage avec modestie sa future carrière scientifique toute entière consacrée aux mystères des profondeurs : A-benn bloavezhioù hir a labour aketus e komprenor marteze ar c’haniennoù hag an islonkoù pe gentoc’h e c’hellor lavarout : ar goulakadur-mañ a zle bezañ gwir ( Il faudra de longues années de travail acharné pour qu’on comprenne le phénomène des cañons et des fosses et on devra dire sans certitude : cette théorie est la plus vraisemblable.)

André Guilcher a produit quelques 650 articles scientifiques ce qui en fait une référence mondiale pour la géographie marine. Professeur à l’université de Nancy, puis à la Sorbonne, c’est à Brest qu’il choisit de mener ses travaux. Il est à l’origine de l’Institut Universitaire Européen de la Mer de Plouzané.

Pennad orin / Texte original

Ar STANGALA
 
Tro-dro da Gemper, n’eo ket an troioù-bale plijus eo a ra diouer. Neblec’h all e Breizh, marteze, n’eo glasoc’h ha dousoc’h ar maezioù eget e Bro Gerne. An Oded betek Kombrid, ar Steir, ar Stangala[1] a zo kement a draonienn koadek a zo un dudi tremen enno unan eus devezhioù tomm an hañv.
 
Brudet eo dre wir abeg, ar veaj eus Kemper da Venoded ; brudet nebeutoc’h eo ar Stangala o vezañ m’eo kalz diaesoc’h bale drezi. N’ez eus hent bras ebet ouzh he zreuziñ : didrousoc’h ez eo evelse e gwirionez hag evel ma lavare an Ao. Gwenneg – Doue d’e bardono- a anaveze hag a gare kement Bro-Gerne, ne c’hell ket ar c’hirri-dre-dan tremen dre eno da lakaat an aer da flaeriañ gant c’hwezh an esañs devet.
 
Evit mont d’ar Stangala ez aimp kuit, c’hwi d’am heul diouzh Kemper beure mat. E-lec’h mont war-eeun dre Guzon pe dachenn foutbal Keruhel, e vo gwelloc’h kemer hent Landudal : bale ur pemp kilometr ha tregont bennak a zo eus ar gwellañ evit cheñch aer d’ar skevent.
 
Hent-houarn Rosporden tremenet e pigner tamm-ha-tamm betek Lestonan a-dreuz parkadoù douar druz. Tourioù an iliz veur e harzh ar Fruji a ya war zigreskiñ e vogidell-vintin damdeuzet enni traoniennoù ar Jed hag an Oded hag e tizher dizale ur gompezenn uhel war-dro pemzek metr ha kant, ha pignat goustadik war-du Kore ha Brieg. N’emaomp ket gwall bell diouzh ar Stangala, met n’her gwelomp ket c’hoazh koulskoude. Setu avat un diskenn : aze emañ an Oded hag e tegouezomp gant ur pont kozh goloet a c’hlasvezh. Echu eo ganeomp an hent aes : emaomp o vont da zistroiñ da Gemper a-dreuz pradeier ha parkeier.
 
Karadek ha peoc’hus eo traonienn an Oded dre amañ. War an tu kleiz ez eus ur « roz » da laret eo ur grec’hienn serzh ha koadek. War an tu dehou, avat e XXXar tamm-ha-tamm an torgennoù etrezek an hanternoz.
 
A-benn ur pennadig emaomp dindan bolz teñval ur c’hoad-sapr. Dre zindan ar gwez ez eus un hentig dudius oc’h heuliañ ur ganol a gas dour an Oded da vilin vras Bollore a vez graet enni paper sigaret anavezet gant an holl. Kluchet eo an uzin e donig-don an draonienn, kelc’hiet a-bep-tu gant ar c’hlasvezh ; ha biskoazh n’eo bet louzet nebeutoc’h an natur gant labour an den.
 
Ar ribl kleiz a zeu da vezañ serzhoc’h-serzhañ e Grifonez[2]. An Oded a rede betek amañ war du ar c’hornog a dro en un taol war du ar c’hreisteiz. Un arvest dispar eo diouzh an uhelennoù pevar ugent metr a-zioc’ h ar stêr, gwelout ar stêr-se oc’h ober ur gildroenn vras hag o lammat war ar c’herreg. E Grifonez eo e tizhomp ar Stangala vras. Hiviziken ez eo ken uhel an daou ribl. Betek milin ar Penn-C’hoad, a-hed tri-c’hard lev bennak e tiskenn ar stêr eus ur metr ha daou ugent a-uhelder da zek hebken.
 
Un nebeut bloavezhioù a zo e reas an ijinourien o soñj da sevel ur chaoser bras e-kichen milin ar Penn-C’hoad. Ul lenn a vije bet neuze el lec’h m’emañ bremañ ar Stangala evel an hini a zo e Gwerledan war ar Blanwezh. Elektrisite a vije bet e-leizh evit Kemper ha Kerne-Izel a-bezh.
 
N’eo ket bet kaset ar soñj-se da benn avat, n’ouzon dare perak. Ar Stangala a zo atav ar Stangala, ur stêr herrek ha birvidik. Stangala Vras da gentañ, meurdezusoc’h ha gouesoc’h ; Stangala Vihan da c’houde gant koadouigoù ha gwenodennoù, ma kar Kemperiz mont da vale ha ma klever e-pad an hañv c’hoarzhadennoù ar vugale o c’hoari toull-kuzh : an div Stangala leun a zluzed, darempredet gant pesketaerien c’houiziek al « lancer léger ». Etre uhelennoù Beg ar Menez ha chapel Sant Gwenole ez eo e gwirionez ar Stangala ur baradozig dic’hortozet.
 
E milin ar Penn-C’hoad eo echu hon tro-vale. Diouzh tu Kemper ez eo kalz ledanoc’h an draonienn. Hebdale e vezimp e kompezenn tachenn Geruhel. Amañ e tegouezh an Oded hag ar Jed an eil gant egile. Ha ne deo kompezenn Geruhel nemet kendalc’h traonienn ar Jed ken eeun adalek Sant-Ivi.
 
Ma ‘z oc’h un tammig furcher e c’houlennot ouzhin goude ar bale-se : Perak n’eo ket heñvel atav traonienn an Oded eus Landudal betek Kemper ? Perak ez eus da gentañ muioc’h a sav gant unan eus ar ribloù eget gant egile all ? Perak da c’houde, e red ar stêr dre wask torgennoù uhel ar Stangala ? Perak ivez ez eus kement a dizh gant an dour o redek dre wask reier ar Stangala ? Perak erfin ez eo ken ledan traonienn ar stêr habaskaet en-dro goude milin ar Penn-C’hoad ?
 
Eeun eo an abegoù. Da gentañ holl e rede an Oded war gompezennoù uhel Beg ar Menez, Sant Gwenole, Lestonan, kalz uheloc’h eta eget bremañ ; tamm-ha-tamm, dre forzh krignat ha dispenn eo diskennet er c’hompezennoù-se. Ar garregenn avat, n’oa ket ken kalet e pep lec’h . A-raok Grifonez e kaver maen greunek (pe granit) war an tu kleiz, ur seurt maen kalet ha fetis eo. War an tu dehou er c’hontrol e kaver dreist holl maen-sklent (pe chist) : kalz boukoc’h eo. Rak-se ez eo bet dispennet buanoc’h ar ribl dehou eget ar ribl kleiz. Etre Grifonez ha milin Penn-C’hoad e kaver maen-greunek diouzh an daou du : n’eo ket souezhus eta gwelout torgennoù uhel diouzh an daou du ha kement a gerreg o virout ouzh an dour da redek. E-kichen Kemper erfin emañ adarre an Oded er maen-sklent evel ar Jed adalek Sant-Ivi ; maen bouk adarre, traonienn ledan adarre.
 
Kalz plijusoc’h e vije an troioù bale ma c’helljed gouzout atav perak emañ an traoù evel m’emaint. Gwelout maezioù brav a zo mat. O c’hompren a zo gwelloc’h. Mar doc’h eus Kemper kit ta betek ar Stangala. Sellit en-dro deoc’h ha klaskit kompren. Ne po ket kollet hoc’h amzer.

Troidigezh / Traduction

Le Stangala : un paradis inattendu

Les balades agréables ne manquent pas aux alentours de Quimper. Nulle part en Bretagne peut-être on ne trouve des paysages aussi verdoyants et doux qu’en Cornouaille. L’Odet jusqu’à Combrit, le Steir, le Stangala[1], constituent autant de vallées boisées où il fait bon se promener les jours d’été.

Le trajet de Quimper à Bénodet est renommé à juste titre ; le Stangala est moins connu car moins accessible. Aucune route ne le traverse : il est vrai qu’il est plus silencieux et comme le dirait M. Le Guennec[2] - paix à son âme – grand connaisseur et fan de la Cornouaille, les automobiles ne peuvent y accéder et empester l’air de leurs gaz d’échappement.

Pour aller au Stangala, partons ensemble de Quimper de bon matin. Au lieu d’aller directement par Cuzon ou par le terrain de foot de Keruhel, il vaut mieux prendre la route de Landudal. Une balade d’environ 35 km, c’est ce qu’il y a de mieux pour s’aérer les poumons.

Passé la voie de chemin de fer de Rosporden, nous montons petit à petit vers Lestonan en traversant des champs fertiles. Les tours de la cathédrale et les hauteurs du Frugy s’estompent dans les brumes matinales, déjà à moitié dispersées dans les vallées du Jet et de l’Odet. On arrive rapidement sur un plateau à environ 115 m d’altitude qui s’élève doucement vers Coray et Briec. Nous ne sommes plus très loin de la vallée du Stangala, pourtant nous ne l’apercevons pas encore. Voilà une descente : là se trouve la vallée de l’Odet et nous y accédons par un vieux pont couvert de verdure. Terminé pour nous le chemin facile : nous allons retourner sur Quimper à travers prairies et champs.

Ici la vallée de l’Odet est attachante et paisible. Sur le côté gauche de la butte il y a un « tertre », sorte de pente escarpée et boisée. Sur le côté droit nous distinguons petit à petit des collines en direction du Nord.

Un peu après nous sommes sous la voûte sombre d’un bois de sapins. Sous les arbres une charmante petite route longe le canal qui conduit l’eau de l’Odet à la grande papeterie Bolloré où l’on fabrique le papier à cigarette bien connu de tous.

L’usine est nichée au fin fond de la vallée, entourée de verdure ; et jamais la nature n’a été aussi peu polluée par le travail de l’homme.

La rive gauche devient de plus en plus escarpée à Grifonez[3]. L’Odet qui coulait jusqu’ici vers l’ouest, se dirige brusquement vers le sud. Des hauteurs, à 80 m au-dessus de l’eau, c’est un spectacle sans égal de voir la rivière faire un méandre et sauter par-dessus les rochers. À Grifonez nous atteignons le grand Stangala. Désormais les deux rives ont la même hauteur. Jusqu’au moulin de Penn-C’hoad la rivière chute de l’altitude de 41m à pas plus de 10 m sur une distance d’environ 3 km (¾ de lieue).

Cela fait quelques années, les ingénieurs avaient pensé faire un grand barrage à côté du moulin de Penn-c'hoad. Il y aurait eu un lac là où se situe aujourd’hui le Stangala, comme celui qui est à Guerlédan sur le Blavet. On aurait eu de l'électricité en abondance pour Quimper et la totalité de la Basse Cornouaille.

Pourtant cette idée là n’a pas été menée à son terme, je ne sais pour quelle raison[4]. Le Stangala est toujours le Stangala, une rivière rapide et bouillonnante. Tout d’abord le Grand Stangala, plus majestueux et plus sauvage ; ensuite le Petit Stangala avec ses petits bois et ses petits sentiers, où les Quimpérois vont marcher et entendre, durant l’été, les rires des enfants jouant à cache-cache : les deux Stangala étant remplis de truites et fréquentés par les pêcheurs spécialistes du « lancer léger ». Entre les hauteurs de Beg ar Menez et la chapelle Saint Gwenolé, en vérité, le Stangala est un paradis inattendu.

Notre randonnée se termine au moulin de Penn C’hoad. Du côté de Quimper la vallée est bien plus large. Sans tarder nous sommes dans la plaine de Kerhuel. Ici se trouve le confluent de l’Odet et du Jet. En fait la plaine de Kerhuel n’est que la continuité de la vallée du Jet si droite depuis Saint-Yvi.

Si vous êtes un peu curieux vous demanderez après cette randonnée : pourquoi cette vallée de l’Odet n’a-t-elle pas toujours la même allure de Landudal à Quimper ? Pourquoi y-a-t’il au début une différence de hauteur entre les deux rives ? Pourquoi ensuite la rivière court-elle dans le passage étroit des hautes collines du Stangala ? Pourquoi aussi l’eau va-t-elle si vite entre les rochers du Stangala ? Enfin pourquoi la vallée est-elle si large et la rivière si calme après le moulin de Penn-C’hoad ?

Il y a de bonnes raisons à cela. À l’origine l’Odet coulait sur les plateaux de Beg ar Menez, St Guénolé, Lestonan, bien plus haut que maintenant ; peu à peu, à force de grignotage, l’érosion leur a fait perdre de l’altitude. La roche bien sûr n’était pas aussi dure partout. Avant Grifonez on trouve du granit sur le côté gauche, c’est une roche dure et résistante. Sur la droite au contraire on trouve surtout du schiste, beaucoup plus tendre. Pour cette raison, la rive droite a été érodée plus vite que la gauche. Entre Grifonez et le moulin de Penn-C’hoad on trouve du granit des deux côtés, ce n’est pas étonnant de voir des reliefs élevés des deux côtés et tant de rochers qui barrent le courant. Près de Quimper enfin nous retrouvons l’Odet dans le schiste comme le Jet depuis Saint-Yvi ; de la roche tendre à nouveau et à nouveau une large vallée.  

Les balades seraient beaucoup plus agréables si on pouvait toujours savoir pourquoi les choses sont comme elles sont. Voir de beaux paysages, c’est bien. Les comprendre c’est mieux. Si vous êtes de Quimper, allez donc jusqu’au Stangala. Regardez autour de vous et cherchez à comprendre. Vous n’aurez pas perdu votre temps.

 Lan Devenneg (André Guilcher)

Ar Stangala (Arvor 9/11/1941)
traduction du breton par l’atelier Konta kaoz des Brezhonegerien Leston.

[1] « Stank Ala » ou actuellement Stangala : non loin de l’usine Bolloré se trouve une fontaine dédiée à Saint Ala ou Alar. En fait elle se situe un tout petit peu plus vers l’est. « Stank » ou « stanken » est utilisé dans le sens de vallée profonde en Cornouaille.

[2] Louis Le Guennec (1878-1935), érudit, auteur de nombreux ouvrages d’histoire locale.

[3] D’après ce que dit un conte fantastique, un griffon y vivait autrefois, une espèce d’énorme dragon terrifiant qui avalait les jeunes filles.

[4] Cf l’ouvrage référence sur Le Stangala, par Jean-François Douget, Ed. Arkae 2003. pp 45-47

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

Levrlennadurezh brezhoneg / Bibliographie des écrits en breton

  • Dindan an anv-bluenn Lan Devenneg
Studiadennoù douaroniezh diwar-benn ar parrezioù hag ar c'herioù, in Gwalarn n°152-153,1942, 
An henzanevelloù iwerzhonek, in Gwalarn,n°165, 1944. 
Traoniennoù ha kaniennoù-mor, Ed Sterenn, 1943, 95p.
http://bibliotheque.idbe-bzh.org/document.php?id=traoniennou-ha-kaniennou-mor-2203&l=fr
  • Heuliad "Dre Vreiz" er gelaouenn sizhuniek Arvor.
Enez Sun, in Arvor, n°40, 5/10/1941 (sinet mab-bihan ar fakteur).
Ar Stangala in Arvor, 9/10/1941.  http://www.arkae.fr/index.php/brezhoneg/442
Eur porz bras : Naoned, in Arvor n°50,14/12/19411941
Bro Rez ha Lenn Lanveur, in Arvor, n°59, 22/02/1942
Lanneier Lanvaoz in Arvor, n°66-67, 12-19/04/1942
Aberioù Bro Leon, in Arvor, n°84, 16/08/1942
Hor stêr vrasañ, in Arvor, n°98, 22/11/1942
Ur sell war Dunizia an norz,in Arvor, n°103, 27/12/1942
Ar Menezioù Tan e Breizh,in Arvor,n°107, 31/01.1943
Tiez Bras Amerika, in Arvor, n°121,9/05/1943
Steriadou fank ha lampraduriou douar in Arvor n°122 16/05/1943
  • Dindan an anv-bluenn Yann-Nouel Guardon
Talvoudegezh ar brezhoneg krenn, in Tir na nog,N°1, 1946 
An anv-lec'h "Aber" e Breizh, in Al Liamm, n°6, 1948. 'Studiadenn)
Au Lys de France, in Al Liamm, N°16, 1949 (Danevell)
An anvioù-lec'hioù-mor etre Gwaien ha Kameled, hag evezhiadennoù all war brezhoneg enez Sun, in Al Liamm, N°20, 1950.
An Hañv o tont, in Al Liamm, N°41, 1953. (Barzhoneg)
Ma 'z afemp-ni..., in Al Liamm, N°41, 1953. (Barzhoneg)
  • Dindan an anv-bluenn Andrev Gwilcher
Douaroniezh Vreizh, in Skol, N°3, 1955, 32 p. (Levr pedagogel).
Eñvorennouigoù war Youenn Drezen, in Al Liamm, n°151, 1972
Poloniz ha Rusianed, in Al Liamm, n°216, 1983
Rentañ-kont levr geografiezh Per Flatres, in Studi n°29,1985.

Français


Vanney (J.-R), Un phare s'est éteint : André Guilcher, in Annales de Géographie, n°577, 1994
https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1994_num_103_577_13784

Carré (François), André Guilcher (1913-1993), une vie de géographe, suivie d'une bibliographie, in Norois, 1995
https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1994_num_103_577_13784

Kostiou (Jeremi), André Guilcher, un Breton pionnier de la géographie, in Penn ar bed, n°228,2017