Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1975 : Langleiz publie la version bretonne du roi Arthur

Arthur, roi de la Petite et de la Grande Bretagne (Breizh-Vihan, Breizh-Veur), méritait un ouvrage en breton à la hauteur de sa réputation. C’est l’écrivain Xavier de Langlais (Langleiz) qui rédigea une version synthétique à partir de l’antique matière de Bretagne extrêmement fournie mais souvent ténébreuse. Son Romant ar roue Arzhur publié en 1975 est un modèle de clarté et de limpidité lexicologique qui en fait un grand classique de la littérature bretonnante. Langleiz sait ciseler par des mots simples les célèbres aventures du roi comme celle de l’épée enlevée de l’enclume : An holl a c’hellas neuze e welout o taoulinañ dirak an annev, o kregiñ e dornell ar c’hleze gant e zaouarn juntet, evel da bediñ, hag o lemel al laonenn diouzh an dolzenn houarn hep an disterañ poan.(Tous le virent s’agenouiller devant l’enclume, et prenant le pommeau de l’épée les mains jointes comme pour prier, il enleva sans difficulté la lame de sa gangue de fer). Par une recherche précise dans le vocabulaire guerrier, il restitue les batailles dans leur férocité médiévale : Sankañ a ra ar roue hag e gileed gwisket houarn en engroez, holl a unstroll … war o lerc’h renkennadoù tud ha loened  flac’het hag eilpennet a-dorimell, evel gant dorn ur ramz (Le roi et ses compagnons fendirent la foule comme un bloc laissant derrière eux des rangées d’hommes et de chevaux culbutés à terre comme par la main d’un géant).

La légende du roi Arthur, c’est aussi l’amour qui le lie à Guenièvre et qui enflamme les cours seigneuriales du Moyen-Âge : Ha neuze en em vriatjont an eil d’egile hag er eskemmjont ur pok ne zleent ket ankounac’haat a-raok pell amzer, pegen flour ha pegen saourus e oa bet.(Ils s’étreignirent et échangèrent un baiser si doux et si savoureux qu’ils n’oublieraient pas de sitôt).

Arthur ne serait rien sans Merlin l’enchanteur : Marzhin hag a habaskañ an arne, ar glav, ar grizilh an erc’h. ker sakr e seblante dezhañ bezañ ar peder elfenn-danvez a ro e stumm d’ar bed : an tir, an dour,an tan hag an ebr (Merlin qui commande aux orages, à la pluie, à la grêle et à la neige au nom des quatre piliers sacrés du monde : la terre, l’eau, le feu et le ciel).

C’est aussi Merlin qui invente la table ronde qui réunit les chevaliers dignes de chercher le Graal, une quête spirituelle que Langleiz raconte dans cinq romans publiés en français.

Un travail rigoureux salué par tous les spécialistes.

Pennad orin / Texte original

An Daol-Grenn

Dirazo, e-kreiz ar sal, en em gave bremañ ur pikol taol derv, kelc'hiek he stumm, hervez diougan Marzhin. 
Kant hanter kant kador a oa bodet en-dro dezhi, ha war gein an darn vrasañ eus ar c'hadorioù-se, e lugerne -e flammine kentoc'h, rak gant lizherennoù tan e oant enskrivet- anvioù o ferc'henned.

War gein ar gador en em gave en tu dehou d'ar roue, avat, ne weled skridenn ebet.

Ar GADOR RISKLUS an hini e oa ! 

Ha kerkent ha ma voe azezet ar roue hag e gileed ouzh an Daol-Grenn e voent gronnet gant un douster hag un deneridigezh dreist. Ken e selljont an eil ouzh ar re all gant muioc'h a gengarantez eget n'o doa graet, betek-hen en o buhez a-bezh.

Romant ar roue Arzhur P. 173
emb. Al Liamm 1975

Troidigezh / Traduction

La Table Ronde

Devant eux au centre de la salle se trouvait maintenant une énorme table circulaire de chêne, comme dans la prophétie de Merlin. Cent cinquante chaises étaient disposées autour d'elle, et sur le dos de chacune d'entre elle brillaient les noms de leurs possesseurs.

Sur celle qui se trouvait à la droite du roi, il n'y avait aucun nom.

C'était la CHAISE DANGEREUSE ! 

Et aussitôt assis, le roi et ses compagnons furent enveloppés d'une sensation de douceur extrême. Et ils se regardèrent avec plus de fraternité qu'ils n'avaient jamais connus dans leurs vies passées.

Romant ar roue Arzhur P. 173
édition Al Liamm, 1975

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

Brezhoneg

Langleiz, Romant ar roue Arzhur, Al Liamm 1975
Langleiz, Tristan hag Izold, Al Liamm, 1958 & 1972
Wikipedia : https://br.wikipedia.org/wiki/Roue_Arzhur

Français

Langlais (Xavier de), Le roman du roi Arthur, éd. Piazza, 1965
Langlais (Xavier de), Lancelot, éd. Piazza 1967
Langlais (Xavier de), Perceval, éd. Piazza 1969 
Langlais (Xavier de), La Quête du Graal, éd Piazza, 1971 
Langlais (Xavier de), La fin des temps aventureux, éd. Piazza 1971
ABP : https://abp.bzh/le-roman-du-roi-arthur-en-japonais-10177