Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1935 : le football (mell-droad) rentre dans les lettres bretonnes

Phénomène mondial, le football s’est imposé en Bretagne dès le début du XXème siècle. Le développement des patronages – laïques ou religieux- dans l’entre deux guerres a multiplié le nombre de clubs, certains portant fièrement de jolis noms bretons tel les Paotred Dispont (gars sans peur). C’est ce club des environs de Quimper qu’on voit triompher des Cadets de Rennes dans le roman de Jean-Louis Rozec Trec’h ar garantez (le triomphe de l’amour) en 1935.

Le mot football est rentré en 1931 dans les dictionnaires bretons sous la forme mell-droad. Melldésigne le ballon, et mellatle verbe, jouer au ballon. Ces mots font référence au jeu de la soule qui fut très populaire en Bretagne. On pouvait jouer au pied et à la main comme au rugby ou au football gaélique.

L’auteur utilise le mot polod-troad(balle au pied).  Il a tenu à traduire tous les termes techniques du jeu : Warlerc’hidi ar « Yaouerien » ha paler ar baotred dispont o deus miret bep taol ouzh ar bolotenn da vont er roued (Les arrières des « cadets » et le gardien de but des « gars sans peur » ont empêché la balle d’aller dans les filets). L’auteur désigne les avants par le terme araoger, l’avant centre par araoger-etre-daou, les milieux de terrain parhanteriad kreiz, l’arbitre par tredeog. Il nous décrit les phases du jeu avec une verve toute journalistique : Emañ ar bolotenn adarre dirak pal paotred dispont. An hanteriad-dehou en deus e baket ha taolet e-kreiz d’an araoger-kreiz. Hemañ ne goll ket e amzer ha goude bezañ gounezet unan eus ar warlec’hidi eneberien a sko sec’h etrezek ar pal. Ar bolotenn a dremen an nor hag a ya da ziskuizhañ e donder ar roued (Le ballon est de nouveau devant le but des gars sans peur. Le demi-droit le contrôle et le passe a l’avant centre. Celui-ci dribble un défenseur et tire sèchement vers le but. Le ballon passe la porte et va mourir au fond des filets).

Les six pages consacrées au match constituent une véritable mine de mots techniques sur le sport le plus populaire de Bretagne. Pierre-Jakez Hélias en fera son miel dans le sketche War un dachenn fobal( Sur un terrain de fotball) diffusé sur radio kimerc’h.

Plus récemment Yann Gwilhamot nous a donné dans son livre Straed ar sec’hedeien(rue des soiffards), une version humoristique d’une partie de football. Le matériau est donc prêt pour commenter la coupe du monde.

Pennad orin / Texte original

Troidigezh / Traduction

Gouzout Muloc'h / Pour aller plus loin

Rozec (Jean-Louis), Trec'h ar garantez, Le triomphe de l'amour, Ed. Arkae, Ergué-Gabéric, 2013

Le Meut (Christian), http://rezore.blogspirit.com/archive/2007/02/14/fobal-mell-droad-ne-dennit-ket-war-ar-rochedou.html

Gwilhamot (Yann), Straed ar sec'hedeien, emb Al Liamm, 2017.

Helias (Pierre-Jakez), War eun dachenn fobal, ed Mouez Breiz, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k88228541.media