Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1785 : Le dictionnaire breton de Catherine de Russie

En 1784, l’impératrice Catherine II de Russie se passionne pour les langues de son empire. Elle lance un grand projet de Vocabularia. Pour l’enrichir elle sollicite les diplomates dans un français parfait :  « J’ai fait un registre de 273 mots russes, je les ai fait traduire dans autant de langues et de jargons que j’ai pu trouver, ceci m’a appris que le celte ressemble à l’ostiaque, que Dieu signifie le très haut ou le bon, le soleil ou le feu dans certains dialectes … ».
Elle demande au professeur Pallas de compléter son travail. Il réunit quelques 200 langues d’Europe et d’Asie. Nous possédons ainsi 273 mots en bretanski (brezhoneg) écrits en alphabet cyrillique. On y trouve essentiellement des mots de la vie courante : tête (penn), visage (fas), nez (fri), narines (fronelloù), œil (lagad), sourcils (abrant) ou (mourennoù).

Religion oblige, le premier mot c’est Dieu (Doue) et le second, ciel traduit par deux mots : le ciel religieux se dit an neñvet le ciel de la méteo an oabl.Les celtisants qui se sont intéressés à ce vocabulaire insolite se sont posés la question de savoir pourquoi, parfois, il y avait deux réponses pour le même mot. C’est le cas pour lamentation (hirvoud – klemmadenn), amour (karantez – orged), tempête (tourmant-barramzer), éclair (luc’hedenn-brogon), grêle (kazarc’h-grisilh), vagues (gwagoù-houlennouigoù) etc.

On connaît le fin mot de l’histoire : l’ambassadeur de France pour faire plaisir à l’Impératrice, est intervenu auprès de l’intendant de Bretagne pour « faire traduire les mots dans le canton dont le dialecte est reconnu pour être l’ancienne langue bas-bretonne ».  Le représentant du roi s’adresse alors à deux subordonnés, l’un à Lannion, l’autre à Quimper, et il reçoit deux listes de mots, d’où la dualité de certaines réponses !
Le premier explique les mutations : kelc’h, cercle, ar c’helc’hle cercle. Beau adjectif se dit kaermais le beau se dit ar c’haeret la belle ar gaerez. L’autre dit qu’un mot peu avoir plusieurs significations ainsi : malheur peut se traduire par reuz, gwall, anken, poan selon la nuance. Le plus drôle est le mot arrête : l’un traduit sav(arrête-toi) et l’autre drein-pesked(arête de poisson) !

Les deux, voulant faire savant sont allés chercher de vieux mots celtiques : ainsi rouge se traduit par ruzou goc’h(mot gallois inconnu en breton), rivière par stêrou avon(mot gallois). Avis aux chercheurs, il reste des mots mystérieux : gouevar(os), magon(champ), meidr(mesure), kive(tonneau)…

Bel exemple du siècle des lumières, la Grande Catherine montrait un égal respect pour toutes les langues du monde. Ce n’est pas le cas des dirigeants peu éclairés du XXIème siècle : la moitié des 6000 langues du monde va disparaître. Quel appauvrissement !

 

Pennad orin / Texte original

A la fin de l'ouvrage vient la façon de compter des peuples d'Europe et d'Asie 

Un, unan.   

Deux, daou

Trois, tri. 

Quatre, pevar. 

Cinq, pemp

Six, c'hwec'h. 

Sept, seizh 

Huit, eizh 

Neuf, nav 

Dix, dek

cent, kant

Mille, mil 

 

Troidigezh / Traduction

Sumeralis Populorum Europae et Asiae

Unan, unon

Daou, dié

Tri

Pêvar, pédoar

Pémp

C'houéc'h, houéc' h

Séïs, séï

Èïs, èï

Nao, naou

Déék

kant

Mil

Gouzout Muioc’h / Pour aller plus loin

Volney, Rapport sur le vocabulaire comparés des langues de toute la terre, in Bulletin de l'Académie Celtique, T.1, 1807, pp99-135
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39609h/f125.image.r=academie%20celtique

Gargadennec Roger & Laurent Charles, Le dictionnaire breton de Catherine de Russie, in Annales de Bretagne, Année 1968 pp. 789-833
https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1968_num_75_4_2496

Loth (Joseph), Un essai de vocabulaire breton inédit au XIXème siècle, in Annales de Bretagne, 1896, P. 471.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214909x/f469.image.r=1896

Pallas (Peter Simon), Vocabularia Linguarium, totus orbis comparativa, Petropoli, 1787-1789
https://www.europeana.eu/portal/fr/record/9200143/BibliographicResource_2000069398940.html?q=Pallas+Vocabularia#dcId=1552943315845&p=1