Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

2019 : Ar chupennoù melen (les gilets jaunes) entrent en littérature

Le texte s’intitule kroashent-tro (le rond point) et ouvre le chapitre « danevelloù » (nouvelles) du magazine littéraire Al Liamm (Le Lien). Kristian Braz nous livre un texte sur le mouvement des gilets jaunes avec une justesse de ton qui fait honneur à la langue bretonne. Son personnage central c’est Jean Martin, retraité qui revient au pays après une vie morne en région parisienne : ken disliv, ken diheverk, ken ordinal, ken dilufr ha va anv, ar vuhez am eus renet betek-henn (La vie que j’ai mené jusqu’ici et à l’image de mon nom : sans couleur, sans relief, morne et on ne peut plus ordinaire).
Sa maison se situe près d’un rond point ou se retrouvent les gilets jaunes. Prudent, il observe : Eus va c’hambr e welen anezho o tifretañ, o voueta an tan, frapadoù kan a gleven, c’hoarzhadennoù, kornadeg ar c’hirri o tremen (De ma chambre je les voyais oeuvrer, alimenter le feu, chanter, rire et les coups de klaxon des automobilistes.
Mais, cet ambiance bon enfant est brusquement interrompu : Tri c’harr CRSed ha furmoù hobregonet o redek…klevet voe strakadeg ar c’hreunadennoù hag an dud d’en em strewiñ dre al lec’h. (Trois cars de CRS, des formes encuirassées des bruits de grandes et la débandade générale). Jean Martin ouvre sa porte à deux manifestants blessés et sa vie va basculer : Fardañ a ris kafe dezho, lakaat bara hag amann war an daol. Gwaskedet mat ma oan, ral e oa bet din kejañ gant « ar beorien ». Kregiñ a raen da gompren an nerzh hag ar fulor a ziwane diouzh o dic’hoanag ( Je fis du café et je mis le pain et le beurre sur la table. J’étais tellement dans ma bulle que j’avais rarement rencontré des « pauvres ». Je commençais à comprendre le pourquoi de l’intensité et de la fureur de leur mouvement).
Solidaire, Jean apporte huitres et vin blanc pour fêter Noël sur le rond point : Daoust ma oa skuizh ha stenn dremmoù an dud, diouto avat e teue ul levenez habask mesket gant ur youl divrall (malgré la fatigue et les visages tirés, il en ressortait une sérénité doublée d’une volonté sans faille).
Et Jean, le retraité normal écoute la parole qui se libère Tremen eus ar baourentez d’ar vizer, setu tonkadur ar bobl, rimadell an amzer vrein a-vremañ, e keit ma vez ar pennoù bras o tic’hastañ ar voull-douar (Passer de la pauvreté à la misère, c’est le destin du peuple, la triste chanson de nos temps nauséabonds, pendant que ceux qui nous gouvernent dévastent notre planète).

Pennad orin / Texte original

Troidigezh / Traduction

Gouzout Muioc’h / Pour aller plus loin

Braz (Kristian), Kroashent-tro, in Al Liamm N°436, pp12-30, gwengolo-here 2019.