Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1720 : La mort du marquis de Pontcalleg (Gwerz marv Pontkalleg)

Le 26 mars 1720, la conspiration de Pontcallec se termine dans le sang sur la place du Bouffay à Nantes. Quatre des meneurs sont éxécutés à la hache, condamnés pour complot contre le Régent. Plusieurs gwerz (complaintes) racontent la fin tragique de ces Bretons qui se sont élevés contre le pouvoir qui voulait lever des impôts en Bretagne en violation du traité d’union de 1532. Pontkalleg devient un personnage de légende,  ker koant, ken drant, ker kalonek ! (si beau, si joyeux, si courageux !).

La gwerz le présente comme défenseur des pauvres Bretons contre les bourgeois alliés du Régent :  Mignon e oa d’ar Vretoned, d’ar vourc’hizien ne laran ket, a zo a-du d’ar C’hallaoued A zo atav klask gwaskañ re N’odeus na madoù na gwele, Nemet poan ho divvrec’h noz-deiz Evit magañ o mammoù dezhe (Il aimait ses compatriotes mais pas les bourgeois qui sont tous du parti français, en cherchant à opprimer ceux qui n’ont ni bien ni rentes, A ceux qui n’ont que la peine de leurs bras , jour et nuit pour nourrir leur mère).

L’arrestation au presbytère de Lignol est racontée avec verve : Me wel an dragoned erru, Sternoù lugernus, dilhad ruz, Tre barzh ar sal o deus lammet, Ha eñ da begañ en e bistolenn, – Neb a dosta ouzhin ‘n devo un tenn (Voici les dragons qui arrivent : armures brillantes, habits rouges, Ils sautent dans la salle et lui prend son pistolet : – si quelqu’un approche, je tire !).

Le marquis de Pontcallec fut emprisonné sur ordre du Régent : Pa oa digoue’t e Naoned E oa barnet ha kondaonet, Kondaonet, naren d’an tud-par, Nemet tud kouezet diouzh lost ar c’harr Da Bontkalleg ‘deus int lâret : « Aotrou Markiz, petra ‘peus graet ? – Pezh a oa dleet din da ober Ha graet-hu ivez ho micher ! » (Quand il arriva à Nantes, il fut jugé et condamné, non pas par ses pairs mais par des parvenus (des gens tombés de derrière le carrosse). Ils demandèrent à Pontcallec : Marquis qu’avez vous fait ? J’ai fait mon devoir : faites vos métiers !).

La Gwerz se termine par un vibrant hommage au marquis : Marv neb a gare e vro, Hag her grez betek ar marv (Il est mort celui qui aimait son pays et qui l’a aimé jusqu’à mourir pour lui). Pontcallec qui n’a jamais réussi à lever des troupes pour sa révolte, reste un personnage contreversé. Plusieurs gwerz le dépeignent sur un ton moins flatteur. Néanmoins par la dureté du verdict, il est rentré dans le panthéon des grands défenseurs de la cause bretonne.

 

Pennad orin / Texte original

Gwerz Marv Pontkalleg

Ur werzenn nevez zo savet
Traitour, ah! mallozh dit 'ta !
(bis)
War markiz Pontkalleg eo graet
Traitour, ah ! Mallozh dit, mallozh dit
Traitour, ah! mallozh dit 'ta

War markiz yaouank Pontkalleg, Traitour...
Ker koant, ken drant, ker kalonek !
Traitour, ah! Mallozh dit...

Mignon a oa d'ar Vretoned
Abalamour anezho oa deuet

Abalamour anezho oa deuet
Hag etrezo oa bet maget

Mignon a oa d'ar Vretoned
D'ar vourc'hizien ne lâran ket

D'ar vourc'hizien ne lâran ket
A zo a-du ar C'hallaoued

A zo atav 'klask gwaskañ re
N'o deus na madoù na leve

Nemet poan o divrec'h, noz-deiz,
Evit magañ o mammou dehe

Lakaet en devoa en e benn
Disammañ deomp-ni hor c'hordenn

Gwarizi-tag d'ar vourc'hizien
O klask an tu e'it hen dibenn

- Aotrou Markiz, aet da guzhet,
An tu a zo gante kavet !

II

Pellik zo emañ dianket ;
Evit e glask, n'e gaver ket

Ur paour eus kêr, o klask e voued,
Hennezh en deus hen diskuliet

Ur c'houer n'her defe ket graet
Pa vije roet de'hañ pemp kant skoed

Gouel Maria 'n Eost, deiz evit deiz,
An dragoned oa war vale :

"Lâret-hu din-me, dragoned,
O klask ar Markiz emaoc'h bet ?

- O klask ar Markiz emaomp bet
Daoust penaos emañ-eñ gwisket ?

- Er c'hiz diwar-maez 'mañ gwisket,
Glas e vorled hag eñ bordet

Glas e jak, ha gwenn e chupenn ;
Bodroù ler ha bragoù lien

Un togig plouz neudennet-ruz
War e skoaz, ur pennad blev-du

Ur gouriz-ler, div bistolenn,
Hag hi a Vro-Spagn, a-zaou denn

Gantañ dilhad pilhoù-huan,
Gant unan alaouret dindan

"Mar fell deoc'h-hu reiñ din tri skoed
Me a roy deoc'h-hu e gavet

- Tri gwenneg zoken na roimp ket,
Taolioù sabren ne lâromp ket

Ne roimp ket zoken pemp gwenneg
Ha te reiñ deomp kaout Pontkalleg

- Dragoned ker, en an' Doue !
Na it ket d'ober droug din-me !

Na it ket d'ober droug din-me
Ho heñchañ raktal e rin-me

'Mañ-eñ du-se, er sal, ouzh taol,
O leinañ gant person Lignol"

III

"Aotrou Markiz, tec'het, tec'het !
Me wel erru an dragoned

Me wel an dragoned erru
Sternoù lugernus, dilhad ruz

- Me na gredan ket em c'halon
E krogfe ennon un dragon

Ne gredan ket 'vez deut ar c'hiz
Ma krog an dragon er Markiz"

Oa ket e gomz peurachuet
Tre 'barzh ar sal o deus lammet

Hag eñ da beg 'n e bistolenn :
"Neb a dost ouzhin 'n defo 'n tenn !"

Ar person kozh, dal m'her gwelas,
Dirak ar markiz 'n em strinkas :

"En anv Doue, ho Salvez,
Na dennet ket, ma Aotrou ker !"

Pa glevas anv hor Salver
En deus gouzañvet gant douster

Anv hor Salver pa glevas
Daoust d'e spered eñ a ouelas

Rez e galon strakas e zent
Ken a droc'has, sonn : "Deomp d'an hent !"

A-dreuz parrez Lignol pa ae
Ar gouer paour a lavare,

Lâret a rae al Lignoliz :
"Pec'hed eo eren ar markiz !"

Pa ae e-biou parrez Berne
Digoue't ur frapad bugale :

"Mad-deo'ch, mad-deoc'h, Aotrou Markiz !
Ni ya d'ar vourc'h, d'ar c'hatekiz

- Kenavo, bugaligoù vat,
N'ho kwelo mui ma daoulagad

- Da belec'h it eta, Aotrou ;
Ha dont na reot souden en-dro ?

- Me na ouzon ket, Doue 'r goar ;
Bugale baour, me zo war var"

O cherisañ en defe graet
Panevet e zaouarn ereet

Kriz vije 'r galon na ranne
Re 'n dragoned zoken a rae

Paotred-a-vrezel, koulskoude,
O deus kalonoù kriz enne

Ha pa oa digoue't e Naoned
E oa barnet ha kondaonet

Kondaonet, naren d'an tud-par,
Nemet tud koue'et diouzh lost ar c'harr

Da Bontkalleg 'deus int lâret :
"Aotrou Markiz, petra 'peus graet ?

- Pezh a oa dleet din da ober
Ha graet-hu ivez ho micher !"

IV

D'ar sul kentañ pask, hevlene,
Oa kaset kannad da Verne

"Yec'hed mat deoc'h-holl, er gêr-mañ,
Pelec'h 'mañ ar person dre-mañ ?

- 'Mañ o lâret e oferenn,
'Mañ o vonet gant ar bregenn"

Pa oa o vonet d'ar gador,
Oa roet de'hañ ul li'her el levr

Ne oa ket gouest evit e lenn
Gant an daeloù dimeus e benn :

"Petra zo c'hoarvet a nevez
Pa ouel ar person er c'hiz-se ?

- Gouelañ a ran, ma bugale,
War pezh a refac'h-c'hwi ivez

Marv, peorien, neb ho mage,
Neb ho kwiske, neb ho harpe,

Marv an hini ho kare,
Berneviz, koulz eveldon-me

Marv neb a gare e vro
Hag her reas betek ar marv

Marv da zaou vloaz warn-ugent
'Vel ar verzherien hag ar sent

Doue, ho pet outañ truez !
Marv eo 'n Aotrou ! Marv eo ma mouezh !"

Brezhoneg peurunvan gant Per Kentel
(http://per.kentel.pagesperso-orange.fr/marv_pontkalleg1.htm)

Troidigezh / Traduction

La Mort de Pontcallec

Un chant nouveau a été composé,
Toi qui l'as trahi, sois maudit sois maudit !
Il a été fait sur le marquis de Pontcalec ; 
Toi qui l'as trahi, sois maudit sois maudit !
Toi qui l'as trahi, sois maudit sois maudit !

Sur le jeune marquis de Pontcalec, 
si beau, si gai, si plein de coeur ! 
- Toi qui l'as trahi, sois maudit ! 

Il aimait les Bretons, 
car il était né d'eux ; 

Car il était né d'eux, 
et avait été élevé au milieu d'eux.

 Il aimait les Bretons, 
mais non pas les bourgeois ; 

Mais non pas les bourgeois 
qui sont tous du parti français ; 

Qui sont toujours cherchant à nuire 
à ceux qui n'ont ni bien ni rentes, 

A ceux qui n'ont que la peine de leurs deux bras,
jour et nuit, pour nourrir leurs mères.

 Il avait formé le projet 
de nous décharger de notre faix ; 

Grand sujet de dépit pour les bourgeois
qui cherchaient l'occasion de le faire décapiter. 

- Seigneur marquis, cachez-vous vite, 
cette occasion, ils l'ont trouvée ! - 

 

 

II 

Voilà longtemps qu'il est perdu ; 
on a beau le chercher, on ne le trouve pas. 

Un gueux de la ville, qui mendiait son pain, 
est celui qui l'a dénoncé ; 

Un paysan ne l'eût pas trahi, 
quand on lui eût offert cinq cents écus. 

C'était la fête de Notre-Dame des moissons, 
Les dragons étaient en campagne : 

- Dites-moi, dragons, 
n'êtes-vous pas en quête du marquis ? 

- Nous sommes en quête du marquis ; 
sais-tu comment il est vêtu ? 

- Il est vêtu à la mode de la campagne : 
surtout bleu orné de broderies ; 

Soubreveste bleue et pourpoint blanc ; 
guêtres de cuir et braies de toile ; 

Petit chapeau de paille tissu de fils rouges ; 
sur ses épaules, de longs cheveux noirs ; 

Ceinture de cuir avec deux pistolets
espagnols à deux coups. 

Ses habits sont de grosse étoffe, 
mais dessous il en a de dorés. 

Si vous voulez me donner trois écus, 
je vous le ferai trouver. 

- Nous ne te donnerons pas même trois sous ; 
des coups de sabre, c'est différent ; 

Nous ne te donnerons pas même trois sous, 
et tu nous feras trouver Pontcalec. 

- Chers dragons, au nom de Dieu, 
ne me faites point de mal: 

Ne me faites point de mal, 
je vais vous mettre tout de suite sur ses traces : 

Il est là-bas, dans la salle du presbytère, 
à table, avec le recteur de Lignol. 

 

 

III 

Seigneur marquis, fuyez ! fuvez ! 
voici les dragons qui arrivent ! 

Voici les dragons qui arrivent: 
armures brillantes, habits rouges. 

- Je ne puis croire qu'un dragon 
ose porter la main sur moi; 

Je ne puis croire que l'usage soit venu 
que les dragons portent la main sur les marquis ! - 

Il n'avait pas fini de parler 
qu'ils avaient envahi la salle. 

Et lui de saisir ses pistolets: 
- Si quelqu'un s'approche, je tire ! - 

Voyant cela, le vieux recteur 
se jeta aux genoux du marquis: 

- Au nom de Dieu, votre Sauveur, 
ne tirez pas, mon cher seigneur! 

A ce nom de notre Sauveur, 
qui a souffert patiemment; 

A ce nom de notre Sauveur, 
ses larmes coulèrent malgré lui ; 

Contre sa poitrine ses dents claquèrent ; 
mais, se redressant, il s'écria : " Partons ! " 

Comme il traversait la paroisse de Lignol, 
les pauvres paysans disaient, 

Ils disaient, les habitants de Lignol: 
- C'est grand péché de garrotter le marquis ! - 

Comme il passait près de Berné, 
arriva une bande d'enfants : 

- Bonjour, bonjour, monsieur le marquis : 
nous allons au bourg, au catéchisme. 

- Adieu, mes bons petits enfants, 
je ne vous verrai plus jamais ! 

- Et où allez-vous donc, seigneur ? 
est-ce que vous ne reviendrez pas bientôt ? 

- Je n'en sais rien, Dieu seul le sait : 
pauvres petits, je suis en danger. - 

Il eût voulu les caresser, 
mais ses mains étaient enchaînées. 

Dur eût été le coeur qui ne se fût pas ému ; 
les dragons eux-mêmes pleuraient; 

Et cependant les gens de guerre 
ont des coeurs durs dans leurs poitrines. 

Quand il arriva à Nantes, 
il fut jugé et condamné, 

Condamné, non pas par ses pairs, 
mais par des gens tombés de derrière les carrosses. 

Ils demandèrent à Pontcalec: 
- Seigneur marquis, qu'avez-vous fait ? 

- J'ai fait mon devoir ; 
faites votre métier ! - 

 

 

IV 

Le premier dimanche de Pâques, de cette année, 
un message est arrivé à Berné. 

- Bonne santé à vous tous, en ce bourg ; 
où est le recteur par ici ? 

- Il est à dire la grand'messe, 
voilà qu'il va commencer le prône - 

Comme il montait en chaire, 
on lui remit une lettre dans son livre : 

Il ne pouvait la lire, 
tant ses yeux se remplissaient de larmes. 

- Qu'est-il arrivé de nouveau, 
que le recteur pleure ainsi ? 

- Je pleure, mes enfants, pour une chose 
qui vous fera pleurer vous-mêmes : 

Il est mort, chers pauvres, celui qui vous nourrissait, 
qui vous vêtissait, qui vous soutenait ; 

Il est mort celui qui vous aimait, 
habitants de Berné, comme je vous aime; 

Il est mort celui qui aimait son pavs, 
et qui l'a aimé jusqu'à mourir pour lui ; 

Il est mort à vingt-deux ans, 
comme meurent les martyrs et les saints. 

Mon Dieu, avez pitié de son âme ! 
le seigneur est mort ! ma voix meurt ! 

Gouzout Muioc’h / Pour aller plus loin

Marv Pontkalleg : lec'hienn Per Kentel : http://per.kentel.pagesperso-orange.fr/marv_pontkalleg1.htm
Souchon (Christian), La mort de Pontcallec, http://chrsouchon.free.fr/pontkalf.htm
Hersart de la Villemarqué, Barzaz Breiz, 1867.
Cornette (Joel), Le marquis et le régent, Une conspiration bretonne à l'aube des lumières, Paris, Tallandier, 2008.
Guillorel (Éva), « La complainte du marquis de Pontcallec, les gwerzioù bretonnes et l’histoire», in Joël Cornette, 2008, dir.: Le Marquis et le Régent. Une conspiration à l’aube des Lumières. Paris: Tallandier, p. 297-313
Guillorel (Eva), La complainte et la plainte, Rennes, PUR, 2010.
Gauthier Guy), La Conspiration de Pontcallec, Coop Breizh 2011
Evain (Brice), Deux héros de Bretagne : Le marquis de Pontcallec et Marion du Faouet : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00637672/document

in English

The death of Pontcallec, http://chrsouchon.free.fr/pontkalf.htm
Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Pontcallec_conspiracy