Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

1932 : Création de Skol Ober, premier cours de breton par correspondance

A l’heure ou l’Éducation nationale crée un cours de breton à distance pour les lycéens, il est bon de rappeler qu’Il y a 90 ans, une initiative citoyenne crée l’association « Ober » faire. Ar pal a oa lakaat ar Vretoned da zeskiñ ober gant o yezh (Le but était d’apprendre aux Bretons à « faire » dans leur langue » écrit Frañsez Kervella, l’un des initiateurs de l’association. Ur yezh evit bevañ n’eo ket a-walc’h dezhi bezañ komzet. Ret bras eo ivez e vefe lennet ha skrivet (Une langue ce n’est pas suffisant de la parler, il faut aussi la lire et l’écrire) complète Marc’harit Gourlaouen, animatrice de Skol Ober dès sa création.
Skol Ober (école pour faire), créée au printemps 1932, propose d’emblée deux niveaux : unan uhel evit ar re a oar un tammig ar brezhoneg hag unan izel evit ar re a zo stag da zeskiñ ar yezh (un niveau superieur pour ceux qui ont des bases en breton et un niveau débutant pour ceux qui commencent à apprendre la langue).
Les bases sont solides : deux instituteurs, Armand Keravel et Jean Delalande donnent leur expertise pédagogique au projet. Skol ober est portée pendant quarante ans par l’infatigable animatrice M. Gourlaouen, surnommée amicalement Santez Marc’harid ar Brezhoneg (Sainte Marguerite du breton). Totalement bénévole et militante, elle n’hésite pas à tancer ses élèves :  An darn vrasañ eus ar re a venn deskiñ hag i leun a youl vat, n’ouzont ket kemer o amzer na lakaat o foan evit hen ober. Ur skol « broudañ da zeskiñ » ha trec’hiñ war al leziregezh eo a ra diouer ! ( La plupart de ceux qui veulent apprendre sont plein de bonne volonté, mais ils ne savent pas prendre le temps de s’y consacrer. Il faudrait créer une école pour pousser les gens a apprendre et lutter contre la paresse).
Ce constat sans concession fait en 1938 ne l’empêche pas de tenir la maison Skol ober jusqu’en 1970. Elle a 610 élèves à cette date et anime un groupe de plusieurs dizaines de correcteurs. Per Denez, l’un de ses élèves, lui rendit hommage lors des 50 ans de Skol ober : berzh bras Skol Ober a zo dleet da galonegezh habask, da bennegezh distroñs M. Gourlaouen, ( Le succès de Skol Ober vient de sa vitalité sereine et de son engagement sans faille). Aujourd’hui Skol ober, dirigée par Riwanon Kervella, c’est 250 élèves, six niveaux de breton et des cours de gallois. Et il n’en coûte que 40 euros pour s’inscrire !

Pennad orin / Texte original

Troidigezh / Traduction

Gouzout Muioc’h / Pour aller plus loin

SKOL OBER

Wikipedia bg, (brezhoneg)
Wikipedia fr, , (français)
wikipedia ca, (catalan)

Pennadoù diwar-benn Skol Ober

Gourlaouen (Marc'harit), Ret eo "brouda da zeski", Gwalarn, N°121, 1938. (En linenn war lec'hienn dielloù departamant 29)
Gourlaouen (Marc'harit), Skoliou dre lizer "Ober", Arvor, N°100, 1942.(En linenn war lec'hienn dielloù departamant 29)
Kerverziou (Gw.B.), Skol gembraek dre lizer "Ober", in Ouest Eclair, 27 octobre 1938. (En linenn war Gallica).
Kervella (Frañsez), Goude hanter kant vloaz, Al Liamm 213, 1982
de Bellaing (Vefa), Testeni, Al Liamm 213, 1982.
Denez (Per), Hon ober, Al Liamm 213, 1982.
Louarn (al) Alan, Diwar fallaenn e sav gwellaenn, Al Liamm 213, 1982.