Le Trésor du breton écrit Teñzor ar brezhoneg skrivet
Ce blog s'inscrit en complément de la Chronique Brezhoneg : trésor du breton écrit publiée dans Ouest-France dimanche. Vous y trouverez les textes intégrals et leurs traductions ainsi que des éléments de bibliographie et des liens internet pour en savoir plus. Amzer ar brezhoneg skrivet a ya eus ar bloaz 800 betek vremañ. Kavout a reoc'h amañ ar pennadoù en o hed hag o zroidigezh ha war an dro un tamm levrlennadurezh hag al liammoù internet da vont pelloc'h ganti ma peus c'hoant.

Résultat de recherche

02/12/2018 - 1919 : Gwir ar yezhoù (droits linguistiques et droits des peuples)

L’Armistice signé, le retour de l’Alsace et de la Lorraine dans l’État français suscite un débat politique sur les régions, que suit chaque semaine l’hebdomadaire Kroaz ar Vretoned(La Croix des Bretons). Maurice Barrès, président de la Ligue des patriotes réclame l’établissement d’un statut provincial qui rétablirait les régions. Cette prise de position fait réagir le […]

Lire la suite...

09/07/2017 - 1834 : Le premier roman en breton Kastell Keryann-Koatanskour

A l’heure ou Balzac donne au roman français ses bases littéraires, un obscur officier de marine bas-breton s’essaye à son tour au roman de mœurs dans un pays léonard encadré par la noblesse et le clergé. Kastell Keryann-Koatanskour (Le château de Kerjean-Coatanscour) est signé Yves-Marie-Gabriel Laouënan, un trégorrois natif de Loguivy. Il dédie son livre […]

Lire la suite...

07/05/2017 - 1790 Kuzul d’an elektourien (Conseils aux électeurs)

Le droit de vote consacré en Août 1789 par La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, est devenu le symbole de la Démocratie. Dès l’adoption de ce texte par l’Assemblée constituante, il est adapté en breton pour être chanté : Droajoù ha deverioù an den hag ar sitoian war don Lucis Creator (Doits et […]

Lire la suite...

19/03/2017 - 1350 : Le plus ancien texte littéraire breton est une chanson d’amour

1350 : le plus vieux texte littéraire en breton est une chanson d’amour. Les copistes du Moyen-Âge s’ennuyaient ferme à réécrire des textes religieux en latin. Pour décompresser ils écrivaient des notes en marge des manuscrits. Ces gloses souvent dans leur langue natale sont précieuses. Le plus vieux poème breton qu’on ait retrouvé sur un manuscrit […]

Lire la suite...